^

Culture et Sport

"Here's to you..."

Boston, 1927-2015. Hommage à Sacco et Vanzetti

Paul Tanguy Deux noms emblématiques. Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, militants ouvriers anarchistes italiens, immigrés aux Etats-Unis, sont condamnés à mort en 1921 par un tribunal du Massachussets pour un braquage auquel tous deux ont toujours nié avoir participé. En dépit d’une campagne de solidarité internationale d’une ampleur inégalée et qui dure plusieurs années, les deux anarchistes passent finalement sur la chaise électrique dans la prison de Charlestown, dans la banlieue de Boston, le 23 août 1927. Cette année encore, plusieurs centaines de manifestants leur ont rendu hommage en défilant depuis Boston Common jusqu’à North End, le quartier italo-américain où résidaient les deux militants au moment de leur arrestation.

En dépit d’une bruine persistante, tou-te-s étaient au rendez-vous, pour la dixième année consécutive. La manifestation a été relancée, à l’origine par des militants libertaires de Boston, mais pour le quatre-vingtième anniversaire de l’exécution, les organisateurs se sont structuré en Sacco & Vanzetti Commemoration Society. Cette année, le défilé, accompagné en musique par la Boston Banda de Paz El Salvador, était également appelé par les féministes de Black Rose, par les militants actifs dans la solidarité avec les migrants de Encuentro5 ainsi que par les Industrial Workers of the World, autrefois puissante organisation anarcho-syndicaliste, infiniment plus réduite aujourd’hui mais très impliquée au sein de l’aile la plus combative du mouvement pour les 15$ dans la restauration rapide.

Pendant très longtemps, les immigrés italiens, notamment ceux du Mezzogiorno, ont subi un sort aussi peu enviable que les afro-américains dans les Etats du Nord. Eux aussi ont souvent été victimes de lynchages, vieille pratique héritée du Sud esclavagiste. L’exécution de « Nicola & Bart’ » et d’autres militants anarchistes, socialistes et communistes dans l’Amérique des années 1920, de façon institutionnelle mais tout aussi barbare, n’était, en réalité, rien d’autre qu’un lynchage légalisé. Tout comme la violence policière perpétuée, aujourd’hui, contre la jeunesse afro-américaine, à Ferguson et ailleurs.

C’est également pour cette raison que la manifestation d’hommage a autant de résonnance. Sergio Reyes, l’un de ses organisateurs, souligne d’ailleurs comment « les Italiens d’hier sont les Latinos d’aujourd’hui. C’est bien la raison pour laquelle, pour les manifestants de dimanche, même sans être anarchistes ou descendants d’Italiens, c’était important d’être présents. L’affaire Sacco et Vanzetti, poursuit Reyes, est paradigmatique d’autres luttes aux Etats-Unis, que ce soit la lutte pour les droits des migrants, qui n’a jamais été autant d’actualité, la lutte contre la peine de mort ou contre les abus des appareils de répression. C’est pour cela que la manifestation pour Sacco et Vanzetti a toujours eu ces caractéristiques ».

Dimanche 23, le petit cortège est donc parti de Boston Common qui, dans le passé, a été la place de tous les rassemblements, ceux contre la guerre du Vietnam dans années 1970, mais également le lieu où, une toute dernière fois, une foule immense s’est rassemblée, en août 1927, pour essayer d’enrayer la machine de mort contre les deux militants. Le 23 août 1977, un demi-siècle après le jour de leur exécution, le gouverneur démocrate du Massachusetts de l’époque, Michael Dukakis, avait réhabilité officiellement les deux Italiens, déclarant que « tous les déshonneurs devaient être enlevés de leurs noms pour toujours ». L’enjeu, aujourd’hui, pour la Sacco et Vanzetti Commemoration Society, serait qu’une statue soit érigée, par les mouvements sociaux, en l’honneur des deux anarchistes, dans leur quartier de North End. Chez les manifestants, l’engagement a été pris de revenir l’an prochain.




Mots-clés

Prisonniers politiques   /    Internationalisme   /    Répression   /    Culture et Sport