^

Monde

Elections brésiliennes

Brésil. Bolsonaro largement en tête au premier tour mais il y aura un second tour

Les résultats des élections présidentielles indiquent qu’il y aura un second tour entre le candidat de l’extrême-droite, Jair Bolsonaro, et celui du PT, Fernando Haddad. Bolsonaro a obtenu 46% des voix et le PT 29%.

Le candidat de centre-gauche, Ciro Gomes, est arrivé troisième avec 12,5% des voix. Geraldo Alckmin du PSDB (droite) n’a obtenu que 4,9% des voix. Autrement dit, de loin la pire élection de la droite pour une élection présidentielle depuis 1989 et les première élection directe après la dictature militaire. Le reste des candidats, dans un contexte complètement polarisé, obtiennent entre 0,5% et 2,6%. Mention à part mérite la candidate écologiste Marina Silva qui enregistre un échec cuisant avec à peine 1% des voix, alors que dans des sondages elle était souvent parmi les 5 premiers.

En effet, les résultats contrastent fortement avec les derniers sondages qui prévoyaient Bolsonaro en tête avec 41% et Haddad avec 25%. Les résultats officiels montrent une forte progression de Bolsonaro, qui a failli remporter l’élection dès le premier tour, et une forte chute de la droite (près de 4% des voix).

Ainsi, le candidat de l’extrême-droite arrive au second tour avec un grand avantage et renforcé. Si Haddad veut remporter la victoire, il faudra non seulement maintenir ses voix mais obtenir la quasi-totalité des voix des adversaires et même que certains qui ont voté pour Bolsonaro au premier tour changent de bord à la dernière minute. La possibilité d’une victoire de l’extrême-droite au Brésil est de plus en plus concrète.

La crise sociale et politique, sur fond de crise économique, au Brésil restera ouverte et elle risque de s’approfondir. Pour les travailleurs, la jeunesse précaire, le mouvement de femmes, les Noirs, les LGBT, les différents mouvements sociaux, quel que soit le résultat, cela devient de plus en plus clair qu’il faudra se préparer pour de grands évènements de la lutte de classes.




Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Crise au Brésil   /    Brésil   /    Monde