^

Monde

De Facebook aux manifestations de rue

Brésil. Un million de femmes s’organisent contre l’extrême-droite de Bolsonaro

Alors que le candidat d’extrême-droite à la présidentielle brésilienne, Jair Bolsonaro, monte dans les sondages un million de femmes s’organisent sur les réseaux sociaux contre son programme misogyne et réactionnaire. Elles prévoient des rassemblements et manifestations à la fin du mois.

Raciste, sexiste et homophobe, le « Trump brésilien » progresse dans la course aux présidentielles

Dans la continuité du coup d’Etat institutionnel de Temer, les élections présidentielles brésiliennes se déroulent dans un contexte de polarisation et d’instabilité extrême. Alors que le candidat du gouvernement putschiste dispose d’une côte de popularité de 4%, le candidat favori issu du Parti des travailleurs (PT), Lula, qui recueille près de 40% des intentions de vote, est en prison et interdit de se présenter. D’autre part, le candidat d’extrême-droite, Bolsonaro, monte aujourd’hui à 24% dans les sondages après l’attentat au couteau perpétré contre lui. Le centre, représenté par le PSDB dont le candidat est Alckim est quant à lui complètement décomposé et effacé au profit de Bolsonaro.

Surnommé le « Trump brésilien », ce dernier défend un programme ultra-réactionnaire, qui parle du coup d’Etat militaire de 1964 comme d’une « révolution démocratique » et revendique les actes de torture perpétrés à cette époque, en particulier contre les militants communistes. Il promet de militariser le pays et de restaurer l’autorité de l’armée, tout en appelant lors de tournées électorales à « abattre les militants du PT ». Il s’illustre également par ses propos racistes, sexistes et homophobes et la promesse de reculer sur un certain nombre d’acquis des femmes et personnes LGBT : il a comparé le mariage pour tous à la pédophilie et rejette la politique des quotas, mise en place par les gouvernements précédents pour favoriser l’accès à l’université des Afro-Brésiliens et des femmes. Il a déclaré qu’il serait prêt à frapper des homosexuels s’il les voyait s’embrasser dans la rue et a désigné la mort de Marielle Franco, la conseillère municipale noire et queer de la ville de Rio, assassinée en mars dernier, comme une simple « mort de plus à Rio de Janeiro ». Il a également décrété que les féministes brésiliennes « n’étaient bonnes qu’à faire des fellations ».

L’impressionnante riposte des femmes brésiliennes

Cependant, l’ascension de Bolsonaro a suscité la colère de nombreuses femmes brésiliennes qui entendent s’organiser contre le candidat sexiste et misogyne. En effet, un groupe Facebook intitulé « Les femmes unies contre Bolsonaro », créé il y a seulement un peu plus de deux semaines, n’a cessé de croître jusqu’à dépasser aujourd’hui le million d’adhérentes. D’après les organisatrices, l’écho rencontré sur les réseaux sociaux est énorme : elle recensent 10 000 nouvelles demandes d’adhésion par heure.

Et pour cause : en réalité, l’électorat de Bolsnaro, est largement masculin : on compte 32% d’hommes pour 17% de femmes. De plus, les sondages indiquent qu’au moins 49% des femmes ayant le droit de vote ne se prononceront jamais en faveur du candidat d’extrême-droite. L’intention du groupe est de passer des réseaux sociaux à la rue et de traduire en manifestation publique ce rejet massif. Ainsi des meetings et rassemblements sont appelés à San Pablo et à Rio de Janeiro pour le 27 septembre. Le groupe existe aussi à Rio Grande do Sul.
L’une des animatrices du groupe féministe Pan y Rosas a expliqué que l’organisation comptait participer à ces manifestations : « Nous pensons que les femmes peuvent être le déclencheur d’un mouvement qui impliquent d’autres secteurs de la société également attaqués, non seulement par les positions réactionnaires de Bolsonaro contre les femmes, les Afro-Brésiliens, les personnes LBGT ou indigènes, mais aussi par sa sa politique qui participe du putschisme qui interdit à la population de voter pour qui elle souhaite [en enfermant le candidat favori Lula], et qui soutient la réforme de la protection sociale et du droit du travail, tout en attisant la haine des travailleurs qui se battent pour leur droit ».

Dans ce contexte, la détermination des femmes à s’opposer au profil machiste et misogyne du candidat Bolsonaro suscite l’intérêt d’autres candidats du centre comme Marina Silva ou Geraldo Alckmin qui cherchent à obtenir une portion du vote féminin anti-Bolsonaro. Pourtant, il est clair qu’aucun de ceux-ci ne peut prétendre défendre les droits des femmes. Marina Silva s’est toujours opposée au droit élémentaire des femmes à disposer de leur corps et s’est battue contre la légalisation de l’avortement. Quant à Alckmin, à la tête du gouvernement PSDB de San Pablo, il attaque depuis plus de 22 ans un des secteurs les plus féminisés du monde du travail, celui des professeurs de l’enseignement public.

Les femmes travailleuses du monde, à l’initiative de mouvements sociaux massifs ?

On a pu voir ces dernières années les femmes, en particulier en Amérique latine, à la tête d’immenses mouvements qui remettent en cause la société patriarcale. Pour ne citer qu’un exemple, en Argentine, le mouvement #NiUnaMenos, né à l’été 2015, s’est férocement battu contre les féminicides, et plus récemment les femmes se sont mobilisées pour le droit à l’avortement. Pourtant très durement marqué par la violence machiste et les meurtres de femmes, le Brésil ne connaît pas jusqu’à maintenant de « mouvement de femmes » d’une telle ampleur.

Par ailleurs, 200 000 femmes ont manifesté à Washington pour protester contre l’investiture de Donald Trump, président sexiste, homophobe et raciste, le 21 janvier 2017. On peut également penser aux 6 millions de personnes qui ont suivi la grève lancée à l’appel de syndicats et de plusieurs organisations féministes à l’occasion du 8 mars dans l’État espagnol.

En effet, les femmes représentent aujourd’hui plus de la moitié de la main d’œuvre salariée du monde. Premières cibles des attaques austéritaires, précaires et victimes de violences machistes, elles sont ainsi détentrices d’un pouvoir imparable : celui de se mettre en mouvement. L’énorme écho rencontré par le groupe Facebook des « femmes unies contre Bolsonaro » peut annoncer la perspective d’un mouvement de femmes au Brésil, capable de prendre la tête d’une contestation globale, aux côtés de la classe ouvrière, pour affronter le putschisme, l’autoritarisme judiciaire et renforcer la possibilité de construire une force qui dépasse, par la gauche, le Parti des travailleurs, responsable par sa précédente politique de collaboration de classe, de la montée de l’extrême-droite aujourd’hui.




Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Féminisme    /    Crise au Brésil   /    Brésil   /    Amérique latine   /    Extrême-droite   /    Monde