^

Politique

Homophobie d’Etat

C. Castaner, porte-parole du gouvernement, trouve qu’Hanouna « a du talent »

Quelques jours après le sketch homophobe d’une violence inouïe de Cyril Hanouna sur Touche Pas A Mon Poste, certains membres du gouvernement ont jugé bon de réagir.

Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, était ce vendredi 26 mai sur C8 et a abordé la question du sketch de Cyril Hanouna qui avait piégé un homosexuel sur un site de rencontre, pour l’humilier devant des millions de téléspectateurs.Après les excuses lamentables de ce dernier, le porte-parole du gouvernement a expliqué : « j’ai été choqué du sketch et j’ai apprécié qu’il s’en excuse ». Dans la bouche du porte parole du gouvernement, on a l’impression que l’excuse écrite de Cyril Hanouna suffirait tout simplement à « laver » les horreurs qu’il commet tous les jours. Car en face de l’animateur, la victime, qui a été reconnue par un entourage qui n’était pas au courant de son orientation sexuelle, a tout simplement été viré de chez lui à cause de cette humiliation publique. Et face à cela, un petit mea culpa (qui n’en est pas vraiment un, en plus, quand Cyril Hanouna rejette son homophobie sur celle de la société) suffirait à ce que tout rentre dans l’ordre pour l’animateur ?

Pour Christophe Castaner, ces petites excuses semblent suffire, d’autant plus qu’il a bien précisé au micro des journalistes que la tonalité du sketch « n’enlève en rien du talent d’animateur et je ne suis pas là pour juger Cyril Hanouna »… Une forme de chèque en blanc de la part du ministre, qui avait fait de même avec son collègue Gérald Darmanin : revenant sur la volonté de ce dernier de ne pas accepter de marier de couples homosexuels dans sa mairie, Castaner avait alors dit que« dans ce débat [sur le mariage pour tous], on a tous dit des bêtises »… Loin de lutter contre l’homophobie, le gouvernement ne fait que renforcer ces discriminations, en banalisant les discours de haine et d’humiliation ou en étant tout simplement un acteur parmi d’autre.




Mots-clés

homophobie   /    médias   /    Politique