Culture et Sport

Le podcast des vacances

C’est l’été ! Écoutez l’histoire du trotskisme français !

Publié le 8 juillet 2016

Ça y est, l’été est arrivé. Sur la plage, à la campagne, sur le chemin du travail ou à la maison, pourquoi ne pas profiter des beaux jours qui arrivent pour revivre l’histoire passionnante du trotskisme français ? En 25 épisodes de 30 minutes, la série radiophonique réalisée par Jean Birnbaum en 2002 retrace les débats, les aventures, les errements et les passions de ces militants hors normes qui ont mené des vies exaltantes, entièrement au contact de la vie sociale et politique du vingtième siècle. Cette série constitue aujourd’hui un trésor pour quiconque souhaiterait en savoir plus sur cette famille politique, toujours vivante, qu’est le trotskisme.

Jean-Numa Lascar

Courant 2002, le « trotskisme » resurgit sur la scène médiatique. Après de premiers reniements, Lionel Jospin reconnaît avoir appartenu à l’Organisation communiste internationaliste, une organisation trotskiste relevant du courant dit « lambertiste ». Aux élections présidentielles, les trois candidats se réclamant du trotskisme obtiennent à eux trois plus de 10% des voix. Il n’en faut pas plus pour que les journalistes se penchent – et fantasment – sur une tradition qui paraissait au début du nouveau millénaire oubliée, et dont on redécouvre l’importance dans la vie politique française contemporaine.

D’Edwy Plenel à Benoît Hamon, en passant par Jean-Christophe Cambadélis, nombreuses sont en effet les personnalités politiques et médiatiques passées par l’« école du trotskisme », avant de poursuivre leur carrière dans l’establishment hexagonal. Plutôt que d’en faire le portrait, la série de Jean Birnbaum se centre sur une vingtaine de thèmes, qui nous font pressentir l’intensité de l’histoire politique française et internationale des années 1930 aux années 2000. Dans l’histoire des trotskistes pendant la Résistance, pendant la guerre d’Algérie, en mai 68, dans les « luttes antibureaucratiques » et plus généralement contre le stalinisme, on retrouvera une série de noms familiers encore aujourd’hui (Alain Krivine, Daniel Bensaïd, ou Gérard Filoche), et on découvrira un certain nombre de noms, ou de voix, de celles et ceux qui ont fait l’histoire du trotskisme en France.

De façon plus originale, l’émission de France Culture traite de sujets tels que le rapport entre le trotskisme et le judaïsme, l’attachement des descendants de Trotski à la culture, à la vérité, ou encore à la métaphore du médecin et du malade, que l’on peut aisément retrouver dans le discours trotskiste.

De ces nombreux témoignages, enfin, on pourra être étonné de l’éloge, et du respect, accordés par ces hommes et ces femmes qui ont un jour appartenu, ou appartiennent encore, à la grande famille trotskiste. Plutôt que du regret, ou du repentir, les « ex » manifestent avant tout leur reconnaissance (une « reconnaissance éternelle », dit Edwy Plenel) pour une école politique qui leur aura appris, affirment-ils, l’exigence, la rigueur et l’argumentation. Le trotskisme, même pour ceux qui dénonceront à posteriori ses travers, sans, souvent, présenter une trajectoire postérieure bien reluisante, y est décrit comme un haut lieu de formation.

« Fragments d’un discours révolutionnaire. À l’école des trotskistes français ». Une émission réalisée par Jean Birnbaum, diffusée sur France culture pendant l’été 2002.

Les podcasts de l’émission (à télécharger en mp3) :

01 – Aux origines du trotskisme

02 – L’entrisme

03 – Février 1934

04 – Les calomnies

05 –Les aventuriers

06 – Sous l’uniforme

07 – La Résistance

08 – La Résistance (2)

09 – La question juive

10 – Les staliniens

11 – La guerre d’Indochine

12 – L’esprit de 36

13 – La question yougoslave

14 – Une Troisième Guerre mondiale

15 – Génération anticolonialisme

16 – La question algérienne

17– Krivine balaye

18 – Médecins et moines Carbonari

19 – L’époque des Brigades rouges

20 – L’affaire Varga

21 – L’esprit de vérité

22 – La chasse aux sorcières

23 – Tous ensemble

24 – Les silences de Jospin

25 – Un puits de culture