^

Politique

Violences policières

Calais. La police détruit les biens des migrants. Des associations se mobilisent

Passage vers le Royaume-Uni, le Nord-Pas-de-Calais est aujourd’hui, quelques mois après le démantèlement de la « jungle de Calais », le théâtre de traques et de répressions des migrants.

Crédits photo : Olivier Papegnies / Collectif Huma pour le Monde

A Calais, la destruction de la « jungle » n’a pas coïncidé avec l’arrêt des persécutions et de la chasse aux migrants par les forces de répression. Selon l’association l’Auberge des migrants, 46 sites regroupant des abris de fortune ont été détruits par la police depuis le 1er octobre.

Dans les faits, les réfugiés sont généralement réveillés en pleine nuit et embarqués et leur biens sont entièrement détruits. « Les tentes, les alignements de sacs de couchage, les bâches… La police détruit les abris et la mairie embarque tout dans la foulée » explique Loan Torondel, coordinateur de l’association.

Chaque semaine, l’Auberge des migrants et Help Refugees distribuent pas moins de 400 couvertures. Face à la violence des forces de répression, les ONG ont décidé de changer de stratégie. Ainsi, les biens fournis aux réfugiés feront l’objet d’un suivi, et seront considérés comme de simples prêts aux réfugiés, ce qui permettra en cas de destruction de porter plainte.

Dans ces conditions, si tu vas dans leur hébergement, on te renvoie en Italie […] C’est pas un hébergement, c’est un piège. D’ailleurs, si on nous jette sans arrêt nos affaires, le message est clair : on ne veut pas de nous en France

Riaz, un jeune réfugié Afghan, au Monde

Alors que le froid s’abat sur le territoire hexagonal, et d’autant plus dans le nord de la France, il est indéniable que la politique répressive de l’État français, par ailleurs en grande partie responsable du chaos au Moyen-Orient et en Afrique poussant ainsi des populations entières à prendre la route de l’exil, est criminelle. C’est au côté des migrants, en exigeant leur régularisation sans condition et la réquisition de l’ensemble des logements vides, que doiventt se placer le monde du travail et la jeunesse. Des mesures vitales et urgentes qui doivent se coupler à l’arrêt immédiat de l’interventionnisme impérialiste au Moyen-Orient et en Afrique . C’est là la seule issue progressiste possible à la situation critique de peuples entiers qui meurent chaque jour sous les bombes et/ou dans la misère.




Mots-clés

Violences policières   /    Réfugiés   /    Répression   /    Politique