^

Monde

République indépendante ?

Catalogne. Les partis souverainistes sont en train de légitimer le 155 de Madrid

Seulement quelques jours après la déclaration d’indépendance de la Catalogne, les reculs des partis souverainistes sont en train de faciliter la tâche à Madrid et de légitimer la brutale application de l’article 155.

Alors que Madrid confirmait son offensive répressive contre la Catalogne et sa déclaration d’indépendance, le président de la Generalitat, Carles Puigdemont, s’est rendu à Bruxelles avec quatre conseillers (ministres) du gouvernement catalan. Parallèlement, les partis traditionnels de la bourgeoisie catalane, le PDeCat et l’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) déclaraient qu’ils allaient participer des élections imposées par Madrid le 21 décembre prochain.

Le même jour le procureur général de l’Etat, José Manuel Maza, lançait une plainte contre le president catalan pour rébellion et sédition entre autres. Les rumeurs vont bon train affirmant que Puigdemont serait en train de négocier une demande d’asile politique en Belgique. Bien qu’un membre du parti nationaliste flamand ait fait cette proposition pendant le weekend, le premier ministre belge Charles Michel a déclaré que l’asile politique pour Puigdemont « n’est pas du tout à l’ordre du jour ».

Quant au représentant d’ERC, Oriol Junqueras, il est resté en Catalogne mais n’est pas allé à son bureau. Très rares sont d’ailleurs les ministres du gouvernement catalan qui malgré leur non-reconnaissance des destitutions prononcées par Rajoy se sont présentés à leurs bureaux.

Cependant, les Etat-major des partis catalanistes traditionnels se sont réunis pour décider s’ils se présentaient ou pas aux élections du 21 décembre prochain imposées par le régime. Incroyablement aussi bien PDeCat qu’ERC ont décidé de se présenter. Ainsi, ces partis tout en dénonçant en paroles « un coup d’Etat », une « usurpation du pouvoir en Catalogne » de la part de l’Etat central, en se présentant aux élections de Rajoy en Catalogne, valident l’application brutale du 155.

En effet, les élections du 21 décembre prochain font partie de l’application de l’article 155 qui suspend l’autonomie de la Catalogne. Comment expliquer que ces politiciens proclament (à travers d’un vote secret) l’indépendance de la Catalogne, dénoncent le 155 et l’offensive madrilène, et ensuite se présentent aux élections imposées par Rajoy et la monarchie ?

Dans ce cadre, ne pas se présenter aux élections signifierait pour eux perdre des positions économiques et politiques très importantes pour eux mais aussi pour les secteurs de la classe capitaliste qu’ils représentent. C’est ainsi qu’ils jouent contre l’indépendance de la Catalogne qu’ils ont été forcé à déclarer face au tournant bonapartiste de Madrid. Le PDeCat et l’ERC présentent leur position en disant qu’une victoire dans les élections de décembre (imposées par Madrid !) serait la meilleure façon de renforcer la république. Mais en réalité il s’agit ni plus ni moins d’une capitulation honteuse face au Régime de 1978.

Au contraire, ce qui s’impose dans la situation actuelle c’est l’organisation de la défense de la déclaration d’indépendance contre le 155 et la répression de Madrid, le boycott actif de ces élections imposées par Rajoy. Mais pour cela les travailleurs et les masses qui se battent pour faire valoir leur droit démocratique à l’autodétermination ne peuvent pas compter sur les politiciens capitalistes mais sur leurs propres forces et méthodes : grève générale et auto-organisation pour imposer aux capitalistes espagnols et catalans une République Catalane Ouvrière et Socialiste qui soit le fer de lance d’un mouvement révolutionnaire dans toute la péninsule ibérique.

Crédits Photos : Eddy Kelele




Mots-clés

Catalogne   /    Monde