^

Monde

Nouvelle journée de grève générale

Catalogne : routes et TGV bloqués à l’appel de la gauche syndicale indépendantiste et des Comités de Défense de la République

Depuis ce matin, 8 novembre 2017, et pour la deuxième fois depuis la censure du référendum, la Catalogne est prise par une vague de grève générale contre la répression, la mise sous tutelle de la Catalogne et pour le droit à l’autodétermination. Contrairement à celle du 3 octobre dernier, seuls les syndicats indépendantistes y appellent tandis que la CGT et la CCOO, principaux syndicats espagnols, restent en retrait. Malgré cela, la mobilisation est extrêmement suivie.

Un appel de la gauche syndicale indépendantiste et des Comités de Défense de la République

Une deuxième journée de grève générale s’empare de la Catalogne ce mardi 8 novembre, à l’appel de la Confédération Syndicale de Catalogne (CSC) et de l’Intersyndicale Alternative de Catalogne (IAC), gauche syndicale indépendantiste. L’appel a également reçu le soutien de l’USTEC, syndicat des enseignants catalans, de la Coordination Ouvrière Catalane COS, de la CNT et de plusieurs fédérations de la CGT, comme celle regroupant les enseignants. Les Comités de Défense de la République (CDR), collectifs s’étant constitués pour défendre l’organisation du scrutin référendaire du 1er octobre dernier contre la censure et la répression du gouvernement central, se sont également joints à la mobilisation. Très actifs, ils ont organisés et participent aujourd’hui à des actions de blocage.

Contrairement au 3 octobre dernier, les directions de la CGT et de la CCOO (les deux principales centrales syndicales du pays) n’ont pas appelé à arrêter le travail, la CGT s’étant limitée à donner son soutien à la mobilisation – ce qui n’a pas empêché plusieurs fédérations de se joindre activement à la grève. Les deux associations citoyennes indépendantistes, Assemblée Nationale Catalane (ANC) et Omnium Cultural appellent elles aussi à se mobiliser, tout en gardant une « attitude civique » refusant de se joindre aux actions de blocage et de grève organisées dès le matin.

L’autoroute AP-7 reliant la France et l’Espagne bloquée par les manifestations ce matin

Si on peut anticiper qu’elle sera moins suivie que celle du 3 octobre dernier, les actions organisées pour cette journée de grève ont un caractère plus spectaculaire et attestent de l’existence d’une avant-garde déterminée à résister. Depuis ce matin, 6 heures, c’est une cinquantaine de routes de la Catalogne qui sont bloquées par des manifestations et en particulier l’autoroute AP-7 reliant la France à l’Espagne, entrainant une paralysie du trafic.

Les manifestants bloquent également les principales stations de métro et les voies de chemin de fer : un TGV Barcelone-Lyon a du rebrousser chemin, tout comme le train partant de Figueres (Catalogne) pour rejoindre Madrid.

blocage des trains partant de Barcelone vers la France

Une grève pour la libération des prisonniers politiques et contre l’article 155

Après la déclaration d’indépendance proclamée le 27 octobre dernier, la décision par Mariano Rajoy d’appliquer l’article 155 entrainant la destitution de la Generalitat et de ses pouvoirs, alors que Carles Puidgemont, président déchu de la Generalitat, le gouvernement catalan, et ses conseillers sont réfugiés à Bruxelles, le reste des membres de l’ex-gouvernement catalan est actuellement en prison, sans possibilité de liberté conditionnelle ou sous caution.

Dans ce contexte, et face à l’offensive du gouvernement central de Mariano Rajoy, les organisations politiques ayant participé à la coalition de la Generalitat n’ont rien fait ou presque pour s’opposer à la répression permise par l’application de l’article 155. Le Parti démocrate catalan (PDeCat) de Carles Puigdemont réfugié à Bruxelles, tout comme la Gauche Républicaine de Catalogne (ERC), ont confirmé leur participation aux élections du 21 décembre organisées par Madrid suite à la dissolution de la Generalitat. Une véritable capitulation face au coup de force de Madrid. La grève générale et les blocages organisés par les travailleurs et la jeunesse catalane du 8 novembre constituent le premier élément de résistance face aux diktats de Madrid.




Mots-clés

Catalogne   /    Grève générale   /    Etat Espagnol   /    Monde