^

Politique

Tous et toutes contre la réforme des retraites

Ce jeudi, manifestation des retraités : dans la rue pour "emmerder" Macron !

Depuis l'annonce de la hausse de la CSG en début d'année, la colère des retraités effraie le gouvernement. Ce jeudi 18 octobre, les retraités contre la hausse de la CSG, le gel des pensions, appellent à une nouvelle manifestation. Une crainte des retraités rejointe jour après jour par celle des actifs, et des jeunes, qui sont plus de deux tiers à ne pas faire confiance au gouvernement pour réformer le système de retraites.

Face à la colère des retraités qui s’est exprimée dans la rue ces derniers mois suite à l’annonce de la hausse de la CSG, le gouvernement avance prudemment. Obligé néanmoins de tenir son calendrier et confronté à un fléchissement de la croissance économique, le gouvernement pose ses pions tout en multipliant quelques déclarations pour rassurer les retraités.

Si Macron assure ainsi ne pas vouloir "emmerder" les retraités, ces derniers eux sont inquiets pour leur avenir, avec la hausse de la CSG, le gel du point d’indice des pensions, la mise en place d’un système "universel" et par points, et pour leur santé avec la casse des services publics. Le 3 octobre dernier ils étaient donc plusieurs centaines à être descendus dans la rue, et à revenir le 9 octobre aux côtés de la fonction publique. Déjà une nouvelle date était prévue : ce jeudi 18 octobre pour exprimer leur colère, leur inquiétude et aussi s’adresser aux actifs, aux jeunes qui seront concernés demain.

L’argumentaire du gouvernement et des députés LREM sur les mesures qui ne toucheraient qu’une minorité des retraités et que tout le monde finira bel et bien par y trouver son compte, n’a pas pris et ne prend toujours pas. D’autant plus, quand la dernière enquête de l’OFCE a révélé il y a peu que les retraités et les inactifs seraient les grands perdants du budget 2019.

Par ailleurs, la longue concertation sur la réforme des retraites, repoussée à 2019, s’est ouverte. Ainsi, le 10 octobre dernier le haut-commissaire a réuni les organisations patronales et syndicales pour évoquer les "lignes directrices" de la réforme. Alors que le projet se précise, de nombreux points révèlent la réalité de la réforme des retraites de Macron qui s’inscrit ni plus ni moins dans la suite des différentes réformes menées par les précédents gouvernements et qui tend à harmoniser vers le bas les régimes de retraite. Une "idée", et pas des moindres, a fuité : celle d’introduire un "âge-pivot" qui pourrait être de 63 ans. Une formule qui peine à dissimuler son véritable objectif : celui d’augmenter l’âge de départ à la retraite.

Alors que le sujet des retraites revient sur la table, à l’inquiétude des retraités sur les mesures qui les concernent directement vient s’ajouter celle de l’ensemble de la population. 92% des 18-24 ans seraient préoccupés par l’avenir des retraites, selon un sondage OpinionWay et Comdata Group. Plus encore, 64% des français ne feraient pas confiance à Macron pour réformer le système des retraites. Une défiance vis à vis du gouvernement, en chute dans les sondages, qui tend à s’accentuer ces derniers mois sur tous les fronts et pourrait mettre en difficulté le président dans l’application de ses contre-réformes.

Face à cette attaque, les directions syndicales, en dépit de quelques déclarations et menaces à l’encontre du gouvernement, acceptent le cadre des négociations imposé par le gouvernement. Pourtant à mesure que le projet libéral de Macron apparaît de plus en plus clair aux yeux des retraités, ainsi que des travailleurs et de la jeunesse, la colère ne cesse de monter. Et contre la casse des acquis sociaux, la généralisation de la précarité, c’est seulement ensemble et sans négociations qu’il est possible de faire reculer Macron.

Crédits photos : © Maxppp - Nicolas Kovarik




Mots-clés

Réforme des retraites   /    Retraités   /    Politique