^

Politique

Nord Pas-de-Calais Picardie : face au FN, le PS laisse la voie à la droite

Cédric Brun, CGT PSA Valenciennes : « Je ne donnerai ma voix ni aux princes ni aux tyrans »

Flora Carpentier La région Nord Pas-de-Calais Picardie est l’une des six régions où le FN, représenté par sa présidente Marine Le Pen, est arrivé en tête au premier tour des élections régionales, avec 40,64% des voix. Loin derrière, l’ancien ministre du travail Xavier Bertrand (Les Républicains), est arrivé en deuxième position avec 24,96% des suffrages. Quant au parti socialiste, il se retrouve en queue du peloton de tête, avec seulement 18,11% des voix, un score inférieur à la moyenne nationale. Tout comme dans la région PACA, le PS a préféré se retirer du second tour, sous prétexte de « faire barrage au Front National », et sans doute pour s’éviter une défaite humiliante.

Ainsi, les sondages donnent gagnants l’ancien ministre du travail Xavier Bertrand pour la région Nord, et l’ancien ministre de l’industrie Christian Estrosi pour la région PACA ; ceux-là mêmes que la classe ouvrière avait affronté durement sous Sarkozy, et notamment au cours de la mobilisation de l’automne 2010 contre la réforme des retraites. Mais il faut croire que certains à gauche, qui appellent à donner leur voix à de tels ennemis de notre classe, ont la mémoire courte. Ainsi, en appelant à « mettre en échec partout le Front National sur ses prétentions électorales et ses objectifs politiques et sociaux », la direction de la CGT rejoint ceux qui ont choisi d’alimenter les illusions des travailleurs en appelant implicitement à voter pour les listes s’opposant au FN. Selon les sondages, 77% des personnes ayant voté à gauche au premier tour en région Nord Pas-de-Calais Picardie voteraient pour Les Républicains au second tour. Pourtant, tout comme le PS, avec sa politique de casse sociale et de division de notre classe sociale, la droite ne peut en aucun cas être un rempart au FN. C’est justement la politique menée par le bipartisme PS-Les Républicains (ex UMP) ces dernières années qui favorise aujourd’hui le vote FN, perçu comme une alternative face au chômage et à la précarité. Pourtant, la formation de la famille Le Pen est résolument ennemie des intérêts des travailleurs, il suffit d’entendre les déclarations de ses dirigeants criminalisant les cheminots en grève ou les salariés d’Air France pour s’en convaincre. Mais elle l’est tout autant que ceux qui ont favorisé son ascension.

L’appel de Montreuil à voter contre le FN ne fait pas consensus au sein de la CGT

Dans ce contexte, on ne peut que saluer les voix dissonantes à l’instar de celle de Cédric Brun, secrétaire général de la CGT PSA Valenciennes, qui appelle à voter blanc au second tour :

« Le séisme politique tant redouté s’est produit, la peste brune est à nos portes. Notre région, bastion des luttes ouvrières, est en passe de tomber aux mains de ceux qui vouent une haine farouche aux combats ouvriers et aux libertés de se défendre collectivement. Les responsables ne sont pas ceux qui, en manque de repères, sont allés voter pour le pire ; mais c’est bel et bien la politique anti-ouvrière menée par le PS au gouvernement qui anime une colère noire. Le vote FN est consécutif à la non réponse aux besoins sociaux : sur les bas salaires, la précarité, la pauvreté et le chômage ! Le FN encaisse les dividendes électoraux de la banqueroute du PS au pouvoir. L’abandon politique des premiers responsables du PS concourt à ce qu’il n’y ait plus d’opposition à l’extrême droite fasciste ou à la droite « extrême » au conseil Régional pendant 6 ans !

Beaucoup me demandent mon avis pour le deuxième tour, et bien je leur réponds : Ne comptez pas sur moi pour donner ma voix à l’approbation d’une politique de droite. Demander à tous ceux qui nous font confiance de voter pour Xavier Bertrand au deuxième tour amplifie la démoralisation et la défiance qui s’installe dans l’esprit des travailleurs. Dimanche je ne donnerai ma voix ni aux princes ni aux tyrans. Je voterai blanc et nous serons nombreux dans ce sens ».




Mots-clés

Régionales 2015   /    FN   /    Syndicat   /    Politique