^

Genres et Sexualités

Dimorphisme en tout genre

Cerveaux féminins-cerveaux masculins ? Une description fausse

L’existence d’un cerveau proprement féminin et d’un cerveau proprement masculin est l’un des arguments récurrents que les conservateurs utilisent pour justifier les inégalités entre les femmes et les hommes. Dans cette argumentation, ce serait le « câblage » différent chez les femmes et les hommes qui expliquerait les rôles sociaux, les activités professionnelles et les inspirations personnelles. Or, il semblerait que ces arguments biologiques soient très discutables.

Dans un article paru dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Science, une équipe de scientifiques de l’université Rockefeller de New York (États-Unis) affirme qu’une description simpliste en termes de cerveaux féminins et masculins n’est pas représentative de la réalité. Ils argumentent que bien qu’il existe des traits plus présents chez les hommes ou chez les femmes, la façon dont ils s’articulent pour chaque individu rend la description générale beaucoup plus complexe.

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs et chercheuses ont compilé d’innombrables bases de données IRM utilisées dans de précédentes études. Ainsi, ils ont eu accès à une quantité plus importante de données que leurs prédécesseurs : un total de 1400 cerveaux. Ces données sont traitées pour mettre en évidence plusieurs caractéristiques des cerveaux étudiés, par exemple, la matière grise, la matière blanche ou la connectivité. Un traitement statistique permet de calculer l’importance de chacun des indicateurs dans les cerveaux masculins et féminins. Même s’il apparaît que certaines caractéristiques semblent plus liées à un genre qu’à un autre, le dimorphisme, à savoir la différence morphologique associée au sexe, n’est pas suffisant pour établir deux groupes radicalement distincts pour les femmes et les hommes. En particulier, la variabilité dans les groupes masculins et féminins est trop importante pour que ces groupes soient une représentation réaliste. Ce résultat est en opposition avec des résultats précédents affirmant un dimorphisme au niveau du cerveau. En revanche, cette étude est en accord avec une autre étude sur le comportement de 5500 individus. Il faut aussi noter que leur méthodologie est en opposition avec celle de leurs prédécesseurs qui cherchait d’avantage à lister des différences entre les cerveaux des femmes et ceux des hommes conduisant à une description.

Cet article a été particulièrement discuté depuis sa parution, notamment du fait de la préexistence de résultats en faveurs d’un dimorphisme important entre les femmes et les hommes. En effet, des études informatiques basées sur de l’intelligence artificielle sont capables de détecter le sexe de l’individu dont on examine le cerveau. Cependant, ces méthodes sont extrêmement dépendantes de l’échantillon qui a servi à les étalonner. Ainsi, un algorithme étalonné avec des cerveaux d’habitants de Cambridge échouera à bien prédire le sexe pour des cerveaux d’habitants de Pékin. Cela tend à infirmer d’avantage l’importance de déterminants biologiques forts pour le dimorphisme.

Il convient cependant de noter que de nombreuses autres études similaires sont nécessaires pour conclure définitivement. D’autre part, il est connu que la structure du cerveau est en constante évolution et cela pose une importante question quant aux différences observées entre les sexes : sont-elles déterminées biologiquement, ou sont-elles le résultat de l’adaptation du cerveau aux rôles de genre acquis lors de sa socialisation ? Dans tous les cas, l’importante variabilité dans les groupes de sexes montre que les inégalités entre les femmes et les hommes observées dans la société n’est pas le fruit d’un déterminisme biologique mais d’un système d’exploitation : le patriarcat.




Mots-clés

Sciences   /    sexisme   /    Genres et Sexualités