^

Politique

Une première en 12 ans

Cette année, pas de fête de l’Huma pour Mélenchon

C’est une première en 12 ans. Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise, ne fera même pas un passage éclair à la Fête de l’Humanité qui se tient à la Courneuve du 15 au 17 septembre. Boycott ? Ou persona non grata ?

Depuis 2005 et sa première participation à la fête de l’Humanité, Jean-Luc Mélenchon n’a jamais manqué le rendez-vous traditionnel du Parti Communiste Français. Pourtant, le leader de La France Insoumise sera absent de l’édition 2017. Officiellement, l’ex-candidat à la présidentielle sera en déplacement à la Réunion, avec une délégation de la FI. Dans l’entourage de JLM, c’est en tout cas cet argument qui est avancé. « Le déplacement avait été décidé avant les vacances, et comme la session parlementaire reprend le 25 septembre, il n’y avait pas beaucoup de dates possibles ». En revanche, il ne semble pas que tout ait été fait pour permettre la présence de Mélenchon puisque, toujours selon ses proches, « de toute façon, Jean-Luc n’était invité à aucun débat, alors... »

Il semble assez évident que les tiraillements n’ont cessé de s’accentuer entre la FI et le PCF durant la présidentielle, avec un moment encore plus tendu lors des législatives. C’est sans doute-là qu’il faut chercher les raisons principales de la non-présence de Jean-Luc Mélenchon à la Courneuve. Et il semble aussi que, du côté de la formation communiste, on ne s’émeuve pas outre mesure de cette absence.

Pourtant, et le timing tombe pour le coup assez mal pour l’ensemble des protagonistes. La nouvelle de l’absence de Mélenchon à la fête de l’Humanité est tombée le jour même de l’annonce, par le gouvernement, du contenu des ordonnances Macron, visant à imposer une loi travail XXL ravageant (un peu plus) les droits des travailleurs. En ce sens, ce qui transparait, c’est une totale inconséquence de la part des personnalités et leaders d’organisations importantes du mouvement ouvrier face à la situation. Alors que la situation exige l’unité dans la rue pour faire face aux attaques du capital, ce sont les bisbilles et intérêts personnels qui semblent pour l’heure primer.

Comme l’a récemment souligné Olivier Besancenot sur LCI, interpellant Jean-Luc Mélenchon pour ne pas « la jouer solo » ou bien encore Philippe Poutou qui a ouvertement appelé Martinez et le leader de la France Insoumise à œuvrer à l’unité dans la rue lors du meeting de rentrée de l’université d’été du NPA, c’est bel et bien d’un plan de bataille dont a besoin le mouvement ouvrier pour faire face aux attaques de Macron. Il s’agit donc de mettre de côté les intérêts et égos et de se rassembler autour de la table pour établir un plan de bataille. Et loin d’une soudaine prise de conscience, c’est bel et bien par la pression à la base des organisations, politiques et syndicales, qu’il sera possible d’imposer un front unique ouvrier aujourd’hui nécessaire pour la rentrée sociale.




Mots-clés

La France Insoumise   /    Loi travail 2   /    PCF   /    Jean-Luc Mélenchon   /    Fête de l’Huma   /    Politique