^

Politique

Présidentielle

Clip de campagne. Quand Poutou renverse le mépris de classe de « On n’est pas couché »

Avec le lancement de la campagne officielle, les premiers clips des candidats transmis à la télé sont apparus et celui de Philippe Poutou parodiant son passage à "On N’Est Pas Couché" (ONPC) fait déjà parler de lui.

Tout le monde se rappelle des deux passages de Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle, à ONPC. Car les deux fois où le candidat ouvrier et anticapitaliste y a été invité les journalistes se sont montrés profondément méprisants et moqueurs, à son égard.

Cette scène insupportable où pendant de longues minutes les présentateursse sont marrés sur la question mal posée par Vanessa Burggraff à propos de l’interdiction des licenciementsa en effet marqué les esprits. L’agressivité des journalistes de cette émission contre Poutou n’est pas passée inaperçue non plus lors de sa deuxième participation.

Pour des millions de personnes, bien au-delà de ceux qui s’apprêtent à voter Philippe Poutou le 23 avril prochain, ces images représentent le mépris de classe de ces journalistes de médias dominants. Un mépris non seulement contre Poutou, un ouvrier candidat certes, mais avant tout un ouvrier qui se bat pour préserver son emploi et celui de ses collègues. Mais un mépris contre des millions de salariés et des jeunes précaires, des chômeurs, qui se sont identifiés à Poutou.

C’est précisément pour expliciter ce mépris de classe et cette censure dans les grands médias des candidats dits « petits » mais surtout de ceux qui défendent les droits et les intérêts des travailleurs, des jeunes précaires et des opprimés contre les capitalistes, leurs serviteurs et leur système, que l’équipe de campagne de Philippe Poutou a décidé de reproduire la scène de ONPC.

Le mimétisme et la moquerie de la part des travailleurs à l’égard de leurs exploiteurs est une partie importante de la lutte de classes. C’est là la force de ce clip de Philippe Poutou qui renverse le mépris de classe des dominants le transformant en son contraire. Car, de notre côté, aussi, il y a du mépris de classe. Mais le mépris non pas pour tous ceux et celles qui souffrent au quotidien. Eux, ce sont les nôtres. Notre mépris entier va pour ceux et celles qui nous dominent et nous exploitent. Et ce n’est qu’un rappel, que de dire que nous sommes en guerre contre eux.

Vidéo :




Mots-clés

mépris de classe   /    #Poutou2017   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    NPA   /    Politique