Monde

Présidentielles américaines 2016

Comment s’entraînent et se préparent les milices d’extrême droite qui appuient Trump

Publié le 4 novembre 2016

Dans une région rurale de Géorgie, les membres en uniforme de camouflage de la Force de Sécurité 3 % des États-Unis (III % Security Force) se mobilisent pour s’entraîner au tir, au combat et pour des meetings spontanés de campagne pour la candidature présidentielle du républicain Donald Trump.

« Combien de personnes votent pour Trump ? Hourra ! », déclare Chris Hill, un clerc d’avocat qui utilise le pseudo de « Bloodagent ». « Hourra ! », lui répondent une dizaine de membres de la milice.

À mesure que la course présidentielle approche de sa fin, quelques groupes armés sont préparés à la possibilité d’une élection « volée » le 8 novembre et des troubles potentiels après une victoire de la démocrate Hillary Clinton. Ils disent qu’ils ne tireront pas en premier, mais ils comptent pas non plus laisser leurs armes à la maison.

La campagne populiste de Trump a inspiré une certaine vigueur aux membres de milices comme Hill, qui admire la promesse du multimillionnaire républicain de déporter les immigrants illégaux, d’empêcher que les musulmans entrent aux États-Unis et de construire un mur le long de la frontière avec le Mexique.

Trump a prévenu à plusieurs occasions que l’élection pourrait être « truquée », et il a déclaré qu’il ne respectera pas forcément le résultat s’il perdait. Au moins un groupe paramilitaire, appelé Oath Keepers, qui par ailleurs envoyait des membres armés aux troubles raciaux de Ferguson, dans le Missouri, a demandé à ses membres de surveiller les centres de vote pour détecter d’éventuelles fraudes.

Les groupes paramilitaires armés ont gagné en importance au début de la décennie 1990. Leurs effectifs ont décliné après l’attaque à la bombe contre un édifice fédéral en Oklahoma en 1995 de la part d’un militant. Une attaque qui a fait 168 morts. Leur nombre a recommencé à croître dans les dernières années, alimentées par des craintes liées au fait que le président Barack Obama puisse menacer le droit au port d’armes.

Le Southern Poverty Law Center, qui suit l’évolution des groupes extrémistes, estime qu’il y avait environ 276 milices actives l’année dernière aux États-Unis, alors qu’elles étaient 42 en 2008. Dans les dernières années, des groupes armés ont fait face aux autorités fédérales dans une série de disputes pour l’usage de terres à l’ouest du pays.

« C’est la dernière opportunité de sauver les États-Unis de la ruine », a déclaré Hill. « Je suis surpris d’avoir survécu à huit ans d’Obama sans être devenu littéralement fou, mais Hillary fera la même chose, en pire », a-t-il ajouté.

À une heure au sud d’Atlanta, la Force de Sécurité 3 % (référence à l’idée que pas plus de trois pour cent de la population a lutté activement pendant la guerre d’indépendance contre le Royaume-Uni) a commencé sa journée autour d’un feu, puis par des tirs aux pistolets et aux carabines semi-automatiques sur un champ de tir.

Ils ont poussé de grands cris quand les décharges d’un fusil ont abattu un arbre.

Au milieu des simulacres de combat, Hill considérait des plans pour une marche armée à Washington si Clinton gagne.

Il a déclaré qu’il ne voulait pas que ses membres soient en première ligne, mais qu’ils défendront les manifestants si cela est nécessaire. Son groupe agira si Clinton, une fois élue présidente, essaie de désarmer les propriétaires d’armes.

« Je serai là pour assister mes compatriotes, et éviter qu’ils soient désarmés, et lutterai et tuerai et peut-être mourrai dans le processus », a dit Hill, qui a fondé la milice il y a quelques années.

« La candidature de Trump a donné la possibilité aux groupes extrémistes de s’exprimer plus ouvertement pour défier la loi », précise Ryan Lenz, enquêteur du Southern Poverty Law Center. La semaine passée, quelques adeptes remarquables du magnat de biens-fonds ont suggéré des actes de violence.

« Si Trump perd, j’attrape mon mousquet », a déclaré l’ex-représentant de l’Illinois, Joe Walsh, sur Twitter, alors que le commentateur conservateur Wayne Root a rêvassé sur la mort de Clinton dans un meeting du candidat républicain à Las Vegas.