Jeunesse

Communiqué unitaire du comité de soutien aux lycéens réprimés du 92

Communiqué. « Stop à la répression contre les lycéens dans les Hauts-de-Seine »

Publié le 13 mai 2016

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué unitaire du comité de soutien aux lycéens réprimés des Hauts-de-Seine.

Début avril, des communes des Hauts-de-Seine et leurs lycées (à Clichy, Colombes, Courbevoie, Gennevilliers et Levallois notamment) ont connu des blocus organisés par des lycéens dans le cadre du mouvement de lutte contre la loi « travail » suite aux refus de reconnaître le droit de grève des lycéens.

Des violences policières ont eu lieu aux abords des lycéens, notamment de la part de la BAC, que nous condamnons. D’autant plus que la simple présence de parents d’élèves et/ou d’enseignants a le plus souvent permis de ramener le calme.

Le 2 mai – près de quatre semaines après les faits ! – un nombre conséquent de lycéens ont été convoqués par la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine pour être entendus. Treize d’entre eux, quasiment tous mineurs, dont 11 élèves du lycée Léonard de Vinci, qui se sont présentés, ont été immédiatement placés en garde à vue et ont dû attendre près de 2 jours avant d’être libérés.

Ces arrestations ont pour but de dissuader les lycéens de se mobiliser et d’exercer ainsi leur liberté d’expression et leur droit à manifester. Cette répression est de nature à raviver les tensions et ne peut être en aucune manière une réponse aux revendications exprimées par une partie de la jeunesse contre la loi « travail ».

De plus, de nombreuses procédures disciplinaires débouchant sur des exclusions d’élèves se succèdent à quelques semaines de la fin des cours, procédures qui viennent s’ajouter aux poursuites judiciaires. Nous refusons cet acharnement à l’encontre de jeunes, qui ne peut qu’entraver leur scolarité. Plusieurs d’entre eux préparent cette année un examen ou s’apprêtent à faire un stage essentiel à leur formation. Ces menaces de sanctions disciplinaires annoncées par certains chefs d’établissements scolaires ne sont pas de nature à apaiser la situation.

Nous demandons l’arrêt des procédures judiciaires et administratives qui visent les lycéens mobilisés du 92.

Premiers signataires :
UNL Ile de France, FCPE 92, RESF 92, FSU 92, CGT éducation 92, UD CGT 92, Sud éducation 92 et 75, Sud Activités postales 92, Solidaires 92, CNT, UNEF Nanterre, MAFED, CIP idf (Coordination des Intermittents et Précaires – Ile de France)...

Avec le soutien de :
PG 92, NPA 92, Ensemble !, PCF 92, MJCF 92, AL 92...