Société

Suite à la manifestation de samedi

Communiqué de la famille d’Adama Traoré. "Restons mobilisés pour que la vérité éclate et que justice soit faite"

Publié le 2 août 2016

Nous relayons ici le communiqué de la famille d’Adama Traoré suite à la manifestation de samedi dernier, réprimée par la police. Nous leur envoyons tout notre soutien, et nous joignons à leur appel, pour qu’Adama Traoré soit "le dernier à subir cela".

Communiqué de la famille d’Adama Traoré

Samedi 30 juillet, nous comptions marcher de la Gare du Nord à Bastille pour réclamer vérité et justice suite à la mort d’Adama Traoré. Bien que la demande de manifester ait été déposée et que la préfecture n’ait émis aucune objection, nous avons été bloqués par des rangées de CRS. Dès lors, il nous a été interdit d’avancer ou même de quitter la manifestation pendant plusieurs heures. Nous ne pouvons qu’interroger ce choix dans un contexte particulièrement tendu. A quoi jouent les autorités ? A Paris où notre marche pour la justice a été avortée comme à Beaumont où les provocations des gendarmes ont émaillé toute la semaine suivant le décès de notre frère, nous ne pouvons que nous interroger sur les buts recherchés...

S’ils ont tenté de gâcher notre marche, l’interdiction n’est pas ce que nous retenons de ce samedi 30 juillet. Ce que nous garderons en mémoire sont les centaines de visages que nous avons vus défiler en hommage à Adama Traoré. Merci à tous ceux qui ont fait le déplacement ainsi qu’a ceux qui ont organisé des rassemblements dans d’autres villes et qui nous envoient tous les jours des messages de soutien. Merci enfin aux collectifs qui nous ont apporté des précieux conseils et qui nous ont fait profiter de leur expérience sur ces sujets.

Nous savons qu’Adama Traoré n’est pas le premier à mourir asphyxié lors d’une interpellation par les forces de l’ordre. De nombreuses familles de victimes nous ont d’ailleurs contactés. Les gendarmes l’ont dit eux-mêmes, il a été asphyxié après avoir été écrasé par les corps de trois d’entre eux (240 kg). Et malgré les nombreux signaux de douleur qu’il a envoyés, sa gêne respiratoire n’a pas été prise en compte par les gendarmes. Et dire qu’a début on nous parlait de malaise cardiaque et d’infection !

Aujourd’hui, alors que les circonstances de sa mort se précisent progressivement, nous nous interrogeons sur les déclarations du procureur de la République qui a volontairement omis des informations capitales sur le déroulé de l’interpellation. De nouveaux éléments seront communiqués dans les prochaines heures. Nous invitons les journalistes à prendre contact avec Me Yassine Bouzrou qui devient le seul référent juridique sur cette affaire. Pour toute question de cet ordre, merci de bien vouloir prendre attache avec lui.

Nous espérons qu’Adama Traoré sera le dernier à subir cela et comptons tout mettre en œuvre pour dénoncer et éviter que cela se reproduise. La très forte mobilisation prouve une chose : les gens se sont malheureusement reconnus dans cette histoire et ils en ont assez de ces interpellations qui finissent mal.

Les prochains jours seront au recueillement et au rapatriement du corps au Mali. Nous ne l’avons pas encore reçu mais il devrait nous être rendu dans les prochaines heures. Nous pourrons alors organiser la prière du mort sur lui et l’enterrer. Vos prières sont les bienvenues.

Nous vous tiendrons au courant des prochains rendez-vous et des résultats des examens complémentaires. Restons mobilisés pour que la vérité éclate et que justice soit faite.