^

Politique

Pour "une mobilisation large et unitaire"

Contre les ordonnances Macron, l’appel de Poutou à manifester le 12 septembre

Nous relayons ci-dessous l'appel à manifester de Philippe Poutou, candidat ouvrier à la présidentielle pour le Nouveau Parti Anticapitaliste.

Salut à toutes et tous.

Demain c’est un grand jour avec notre premier gros rendez-vous que attendu depuis un moment, on va descendre dans la rue à nombreux pour dénoncer les attaques du nouveau gouvernement. Oui nombreux car malgré les hésitations du côté des confédérations syndicales, malgré même l’absence incroyable de certaines d’entre elles, les manifestations de demain devraient mobiliser beaucoup de monde.

Il y a un vrai ras le bol, une vraie colère contre Macron, contre son gouvernement qui est dans la continuité exacte des gouvernements précédents, contre le Medef et les capitalistes toujours plus arrogants, plus cyniques et toujours plus riches, contre cette société de plus en plus inégalitaire, injuste et violente. Oui il y a de quoi protester, de quoi se mettre en colère et se révolter.

Il y a bien sûr les Ordonnances qui cassent un peu plus les protections des salariés, qui donnent plus de pouvoirs au patronat qui vont pouvoir licencier encore plus facilement. Mais pas seulement, il y a aussi tout ce que nous avons subi, perdu ces dernières années. Il y a ce mépris des possédants. Il y a ce déni de démocratie du pouvoir avec l’Etat d’urgence et la répression, avec la criminalisation du mouvement social. Tout ça pour nous faire taire, pour nous résigner aux reculs sociaux.

Alors demain on peut recommencer à dire non, reprendre ce que nous avions entamé lors de la mobilisation contre la loi travail. Le 12 doit être la première journée d’une longue suite. Pas pour refaire 2010 ou 2016, plusieurs manifestations et rentrer à la maison sans faire plier le gouvernement. Non, cette fois on peut construire un vrai mouvement social, profond, radical, qui rassemble des millions de gens avec l’idée de changer le rapport de forces, de changer les choses. L’enjeu c’est d’empêcher des nouvelles attaques bien sûr mais aussi de reprendre l’offensive, en défendant nos vies, pour une autre société, pour une autre répartition des richesses, pour une vraie démocratie par en bas, politique comme économique. Cela suppose une mobilisation large et unitaire, par les manifestations, par la grève qui se généralise, par le blocage de l’économie pour faire pression.

L’opposition réelle, efficace au gouvernement et aux possédants, c’est dans la rue. La force en vrai est de notre côté, du côté travailleurs-ses et de la population. Pour cela on a besoin de reprendre confiance, de se réorganiser, de coordonner et de faire converger les résistances. Demain, on commence, enfin, c’est à espérer.

Philippe




Mots-clés

Philippe Poutou   /    Emmanuel Macron   /    NPA   /    Politique