Monde

La solidarité de l’autre côté des Alpes

Contre la Loi Travail en Italie. Manifestation du SiCobas et des syndicats de base à Milan

Publié le 6 juin 2016

Samedi, à Milan, 800 personnes ont défilé en solidarité avec le mouvement en cours en France, contre la loi travail, avec en tête de cortèges de plusieurs locales des travailleurs de la logistique SiCobas, l’une des pointes les plus avancées de la lutte de classe dans la péninsule.

Corinne Rozenn

Au pays de Matteo Renzi, le Premier ministre italien et grand ami de Manuel Valls qui a fait passer, il y a deux ans maintenant, uneLoi Travail à l’italienne, le « Jobs Act », le SiCobas, l’un des syndicats de base extra-confédéraux, avait lancé un appel à une journée de manifestations à Milan, la capitale économique du pays, en solidarité avec les luttes en France.

Le premier rendez-vous avait été fixé samedi, en fin de matinée, devant le consulat de France, rue Turati, où les manifestants ont relayé, devant les barrières de sécurité leur bloquant le passage, le fameux « tout le monde déteste la police » qui est devenu, ces derniers temps, patrimoine hexagonal au même titre que « tous ensemble ! ».

L’après-midi, plusieurs bus en provenance d’autres villes de la péninsule sont arrivés en renfort pour un départ en manifestation. Le gros de la mobilisation était composé de cortèges de travailleurs immigrés des plateformes logistiques (Sda, Brt, Dhl mais également Ikea) du Nord et du centre du pays.

Pour Guglielmo Musso, coordinateur SiCobas à Rome, la manifestation « était importante, compte-tenu du niveau de lutte en France, puisqu’on a tous les yeux tournés vers là-bas, et pour tirer des leçons également de la façon dont, en Italie, la ‘lutte’ contre le Jobs Act a été (dés)organisée par les grosses directions syndicales, permettant à cette réforme du Code du travail de passer. Dans le secteur de la logistique, qui a connu des luttes très dures ces dernières années, contre la précarité, pour des conventions collectives dignes de ce nom, face à des multinationales qui n’hésitent pas à avoir recours à la sous-traitance mafieuse, la solidarité est essentielle ».

« La lutte contre la Loi Travail, a souligné Karim, coordinateur SiCobas à Bologne, en cours de cortège, c’est notre bagarre également, et si la lutte, en France, gagne, ça sera une victoire pour nous aussi, pour relancer le mouvement contre le Jobs Act et la précarité ».

Un nouveau rendez-vous a été fixé pour des rassemblements, des manifestations et des débrayages, à l’appel du SiCobas et d’autres organisations politiques et syndicales de gauche radicale devant les consulats de plusieurs villes d’Italie le 14 juin, à l’occasion de la journée interprofessionnelle de grève et la manifestation nationale en France.