[DOCUMENTS]

Contre les barbares. Des barrières au pays de Sumer

Calixte Montsouris

Contre les barbares. Des barrières au pays de Sumer

Calixte Montsouris

Au deuxième millénaire av. J.-C. les rois d’Ur ont fait ériger le premier mur anti-migrants de l’histoire de l’humanité

La ziggourat d'Ur (Irak)
La ziggourat d’Ur (Irak)

Dominique Charpin, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de civilisation mésopotamienne revient dans une de ses conférences sur l’histoire du premier mur anti-migrants dans l’histoire de l’humanité. Le « mur des amorrites » a été édifié entre le Tigre et l’Euphrate, dans le centre de l’Irak actuel, au XIXe siècle avant notre ère.

Plusieurs rois de Sumer ont fait ériger un mur pour se protéger de l’arrivée des nomades amorrites, un peuple tribal originaire de la Syrie actuelle qui a profondément influencé la culture mésopotamienne. Dans la littérature sumérienne, les Amorrites sont présentés comme un peuple barbare, destructeur, aux instincts bestiaux, principalement en raison de leur nomadisme. Le mur érigé par les rois d’Ur était de quelque 220 kilomètres, mais n’avait que 1m50 de hauteur. Il ne s’agissait donc pas d’un mur à caractère militaire, mais plutôt d’un mur dissuasif, dont le but était de permettre un contrôle des populations. En ce sens, il peut faire penser au mur entre l’État d’Israël et les territoires palestiniens, ou au mur les États-Unis et le Mexique. Murs à caractère civil, censés néanmoins repousser les populations d’un territoire et contrôler les flux de personnes.

Les raisons qui ont poussé les Amorrites à migrer ne sont pas claires. Les assyriologues affirment qu’ils se seraient mis en route pour des questions démographiques (une population trop grande pour trop peu de ressources), ou pour des changements climatiques (une crise climatique qui les aurait poussés à chercher de nouveaux pâturages pour leurs troupeaux). Mais contrairement à ce que croyaient les lettrés et les scribes sumériens qui ont laissé plusieurs textes sur l’édification du mur, les « barbares » amorrites n’ont pas détruit le royaume de Sumer. Ils se sont progressivement sédentarisés et mélangés à la population locale. En quelque sorte, la Mésopotamie a été « amorritisée » dans les siècles qui ont suivi leur arrivée.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[Mur]   /   [Migrants]   /   [Irak]   /   [Israël]   /   [Proche et Moyen-Orient]   /   [Syrie]   /   [Mexique]   /   [Palestine]   /   [Etats-Unis]   /   [Réfugiés]

COMMENTAIRES