^

Monde

Tension en Corée du Nord

Corée du Nord et États-Unis : la guerre est-elle « déclarée » ?

Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis n'en finissent pas de monter depuis des mois alors que la puissance de feu nucléaire de Pyongyang se renforce ostensiblement à grand coup de tir de missiles balistiques. En même temps que la Corée du Nord lance sa première bombe H et qu'elle est sous le coup de sanctions internationales fortes, elle estime que les manœuvres américaines constituent une déclaration de guerre.

Crédit photo : Nadav Kander pour Time

Une semaine à peine après l’allocution de Trump à l’ONU où ce dernier à désigné la Corée du Nord comme l’un des ennemis fondamentaux des États-Unis et qualifié le leader nord-coréen Kim Jong-un par le surnom de « Rocket man », les tensions entre les deux puissances sont loin de s’apaiser. En effet, Pyongyang, sous le coup de sanctions économiques fortes destinées à lui faire rejoindre la table des négociations, a estimé, par l’intermédiaire du chef de sa diplomatie Ri Yong-ho, que les États-Unis avait littéralement « déclaré la guerre » à la Corée du Nord.

Les menaces que font peser le développement d’un arsenal nucléaire de plus en plus offensif, puissant et de longue portée ont ravivé les tensions qui opposent les États-Unis à la Corée du Nord alors que les négociations sur les programmes d’armements de cette dernière sont au point mort depuis 2009. Les récents tirs de missiles balistiques et la potentielle première bombe H utilisée par le régime ont poussé les États-Unis à renforcer leur présence militaire aux frontières de la Corée du Nord.

Trump ayant déclaré successivement qu’il comptait «  détruire totalement » la Corée du Nord en cas d’attaque et que leurs « dirigeants n’allaient plus être au pouvoir pour longtemps  », les autorités nord-coréennes ont considéré que la présence de bombardiers américains au large des côtés du pays était une «  déclaration de guerre ». Sarah Huckabee-Sanders, porte-parole de l’exécutif américain, s’est défendue d’un tel tournant dans les relations diplomatiques tendues entre les deux pays.

En effet, malgré les tensions très vives qui opposent les deux États, la solution militaire n’est, pour le moment, pas envisagée, surtout pour les États-Unis. Les risques et les pertes sont trop élevés pour déclencher un conflit où la question nucléaire est au centre de toutes les attentions. La Corée du Sud a d’ailleurs appelé à «  éviter l’escalade » afin de prévenir des « affrontements militaires accidentels qui pourraient rapidement dégénérer  ». La Russie a également appelé au calme et à ce que «  les têtes chaudes se refroidissent  ».

Dans une situation de difficultés internes pour Trump, le conflit avec la Corée du Nord, « ennemi parfait », lui permet de distraire l’attention de l’opinion publique et en même temps réaffirmer la présence des Etats Unis dans la région et exercer une pression supplémentaire sur la Chine. Cependant, l’impérialisme agressif de Trump pourrait amener à des situation qui échappent de son contrôle. En ce sens, même si l’option militaire n’est pour le moment pas la principale envisagée, on ne peut pas exclure la possibilité qu’elle devienne inévitable.




Mots-clés

Corée du Nord   /    Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Monde