^

Notre classe

Veille de mobilisation

Coup de colère de la CGT Haribo : « Nous accusons sa Majesté Macron »

Les travailleurs de Haribo ont été parmi les premiers à faire les frais de ce que permet aujourd'hui largement la loi travail : en juin 2016, sur fond de chantage à l'emploi, la direction est parvenue à faire valider par référendum un plan de 110 suppressions d’emploi. Pour autant, cette première saignée dans les effectifs n'est aucunement une garantie de la pérennité des usines d'Uzès et Marseille, et l'inquiétude plane sur les salariés. La CGT Haribo, qui s'est toujours positionnée contre ce sacrifice des salariés au profit de la multinationale, appelle les travailleurs à se mobiliser massivement contre Macron et sa loi travail XXL ce mardi 12 septembre. Nous relayons ci-dessous leur plaidoyer.

NOUS ACCUSONS !

Nous, Travailleurs et Travailleuses, accusons le Président de la République, Emmanuel Macron, chien de garde du Capital, qui, conscient de son illégitimité, s’attaque à la large majorité de la population en procédant par ordonnances pour contourner les débats parlementaires et les principes démocratiques et veut précariser et asservir toujours plus les salarié-e-s, les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi, les femmes et la jeunesse.

Nous accusons ce gouvernement au service du Medef, de légaliser les licenciements abusifs et discriminatoires en rendant dérisoire les montants des sanctions financières versées aux salarié-e-s.

Nous accusons ces serviteurs du CAC 40, de vouloir exploiter encore plus les précaires en déréglementant le recours à l’intérim et au CDD, en autorisant les contrats allant jusqu’à 5 ans au détriment d’un CDI. Comment dans ces conditions espérer accéder à la propriété ou tout simplement faire un crédit ?

Nous accusons Madame la DRH Pénicaud, de vouloir mettre en place une période d’essai sans limite pour soumettre les travailleurs et les travailleuses à la volonté de leurs employeurs.

Nous accusons, Emmanuel Macron, de se rendre complice de tout les plans sociaux et les licenciements de masses à venir en n’obligeant plus les patrons à transmettre les informations sur la situation d’entreprise aux élu-e-s, en rendant opaque la comptabilité à l’échelle d’un groupe, en donnant la possibilité de licencier en cas de cession d’une entreprise et en transformant les plans sociaux en rupture conventionnelle collective.

Nous accusons, ce gouvernement servile au patronat, de vouloir individualiser les salarié-e-s en laissant la possibilité à l’employeur de mettre en place des referendums accompagnés de chantage à l’emploi quand bon lui semble, tout ça pour court circuiter les organisations syndicales qui seront elles aussi affaiblies.

Nous accusons, sa Majesté Macron de ne pas servir les intérêts de la population et nous répondrons dans la rue et sur nos lieux de travail le 12 Septembre avec une mobilisation XXL.

La CGT Haribo

Caisse de grève de la CGT Haribo




Mots-clés

Loi travail 2   /    Grève   /    Notre classe