Politique

Mobilisation 17 mars #LoiTravailNonMerci

Montpellier. L’appel de la jeunesse a été entendu

Publié le 17 mars 2016

Pas une minute de silence dans les rues de Montpellier en ce jeudi 17 mars, où la mobilisation fait rage en ce moment même contre la loi travail El Khomri. Si les manifestants sont légèrement moins nombreux que le 9 mars, qui avait marqué un début de mobilisation comme on n’en avait pas vu depuis longtemps, cela ne se fait absolument pas ressentir sur la combativité du mouvement, bien au contraire ! Menés par un cortège jeune ultra-dynamique très suivi par les organisations ouvrières, voilà plus de trois heures qu’ils battent le pavé, réunis derrière le slogan « Grève générale jusqu’au retrait total de la loi travail ! ».

{}

Correspondante

La manifestation montpelliéraine, appelée et entièrement animée par les étudiants et lycéens, est un véritable succès. Dans les rues depuis 11 heures du matin, la détermination ne faiblit pas. « Patrons à l’usine, El Khomri à la mine », « Retrait total de la loi El Khomri » peut-on entendre en continu, en provenance du camion de tête de Solidaires Etudiant et relayé par l’Unef qui entretient la flamme tout au long de la manif. Si le démarrage de la mobilisation au niveau étudiant n’avait pas encore eu lieu la semaine dernière pour cause de vacances scolaires, c’est désormais chose faite ! Car l’ensemble de l’organisation de la manif a été gérée par les jeunes des lycées et universités de Montpellier, de l’animation au Service d’ordre, et l’énergie qui se dégage du cortège composé pour plus de la moitié de jeunes s’en ressent. Il n’y a pas eu une minute de silence depuis 11 heures du matin dans ce cortège hyper-combattif, bon enfant mais très déterminé !

Bien sûr, le mouvement ouvrier n’est pas en reste. Ayant suivi l’appel de l’Assemblée générale des étudiants de Montpellier à un retrait immédiat et non négociable de l’avant projet de loi El Khomri, les organisations ouvrières sont nombreuses dans la rue : Sanofi, SFA CGT, UL Solidaires, CGT Universités... Tous ont rallié le mouvement de la jeunesse pour un tous ensemble réussi malgré la grisaille. Les flics, présents pour encadrer mais en retrait, n’ont qu’à bien se tenir.

A Montpellier, c’est la convergence des ouvriers derrière la jeunesse qui se joue donc, et comme le précise bien l’Assemblée générale, ils sont prêts pour un mouvement de convergence national.