^

Monde

Nouveau tir Nord-coréen

Dans l’escalade progressive des tensions, la France se positionne

Le régime nord-coréen a procédé à un nouveau tir de missile, officiellement le plus avancé et le plus réussi. L’événement ravive les tensions autour du programme nucléaire nord-coréen sur fond de tensions entre les impérialismes Américain et Chinois. Dans ce contexte, la France, par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et du président Macron, se positionne sans surprise en faveur de son allié Etats-unien pour défendre les intérêts de son impérialisme, de ses guerres et de sa suprématie nucléaire.

L’essor nucléaire nord-coréen ou comment tirer parti des tensions sino-américaines

L’élection de Donald Trump a marqué un renforcement notable de la rivalité commerciale qui oppose la Chine et les Etats-Unis. La politique protectionniste de Trump avait en effet désigné la Chine comme responsable de nombreux maux économiques et avivé les tensions commerciales avec cette dernière. Dans un contexte où l’impérialisme chinois tente de sortir de sa coquille et de prendre la main sur un vaste domaine maritime situé en mer de chine méridionale en le disputant à Taiwan ainsi qu’aux alliés des Etats-Unis, la Corée du Nord a accéléré ses programmes de tests nucléaires et de tirs de missiles balistiques. L’enjeu est double pour la Corée du Nord : consolider son régime en interne en affichant des succès face au danger américain, véritable ciment politique du régime, et à l’extérieur en sortant quelque peu de la quarantaine diplomatique dans laquelle elle se trouve. Or cette politique embarrasse fortement la Chine qui voit d’un mauvais œil l’accélération non contrôlée des tensions et de l’activité militaire dans la région. Néanmoins, la Chine ne peut abandonner complètement son voisin nord-coréen qui lui est très utile au double titre de zone tampon avec la frontière sud-coréenne qui marque le début du bloc sous influence américaine, et de moyen indirect pour tester les velléités de l’impérialisme américain. Néanmoins, quoiqu’en disent d’une part la propagande officielle nord-coréenne et les médias occidentaux et russes de l’autre, la Corée du Nord ne semble pas véritablement en mesure de s’engager dans une guerre avec les Etats-Unis. Son principal objectif reste de se préserver sur le court terme et de gagner en autonomie politique sur le plan diplomatique et international. Le problème est de plus long terme pour les Etats-Unis et la Chine, quoique le risque d’une soudaine accélération des tensions existantes ne doit pas être complètement écarté.

La France aux côtés de son allié historique pour les intérêts propres de son impérialisme

Macron, en pleine tournée africaine pour tenter entre autre de faire oublier les très nombreuses interventions militaires françaises, condamne fermement le tir de missile effectué par la Corée du Nord. Quelques jours avant le dernier essai nord-coréen, le ministre des affaires étrangères français fustigeait la politique de double suspension proposée par la Chine (suspension du programme nucléaire nord-coréen en échange d’une suspension des manœuvres des américains et de leurs alliés). En effet cette politique dite du « double freeze » est de toute évidence une politique qui intéresse en premier lieu la Chine qui est gênée par les manœuvres américaines dans la région. Mais la position française n’est pas une simple position de principe en faveur de l’allié historique, c’est un enjeu important pour elle en tant que puissance nucléaire et impérialiste active sur ce plan. Les différents dirigeants français attaquent la Corée du Nord pour son atteinte à la paix mondiale alors même que l’armée française est l’une des plus actives au monde. C’est sa suprématie nucléaire et son propre impérialisme que la France entend défendre, nullement la paix.




Mots-clés

Corée du Nord   /    Emmanuel Macron   /    Etats-Unis   /    Monde