Monde

Présidentielles aux Etats-Unis

De la farce à la tragédie. Slavoj Žižek voterait Trump aux élections américaines

Publié le 6 novembre 2016

Crédits photographiques : Open Democracy

Dans une interview parue le 3 novembre, le célèbre philosophe Slavoj Žižek, conférencier principal du Left Forum, a déclaré de manière sérieuse (et non pas ironique, comme il a l’a fait auparavant) que s’il votait aux élections américaines, il voterait pour Trump.

Ian Steinman

La victoire de Trump, bien qu’il soit absolument « dégoûtant », déclencherait selon Zizek un « grand réveil ». Cela causerait un choc fondamental au système politique américain, auquel se verraient s’imposer des remaniements, l’émergence d’un nouveau phénomène politique.

Sa déclaration fait suite à l’histoire des déclarations de la droite autour de la crise des réfugiés en Europe. Peu de votants américains sont susceptibles d’être influencés par un philosophe slovène principalement connu dans l’extrême gauche. Cependant, cette déclaration de Zizek doit être rejetée par la gauche et être contestée.

Elle est motivée par une attitude accélérationniste, catastrophiste. Trump est une lourde charge et encore inconnue pour la classe dirigeante, ce qui est précisément ce pourquoi les marchés et la plupart des secteurs de l’élite dirigeante américaine ont peur de lui. Le jeter dans la Maison Blanche et le laisser exploser va, avec un peu de chance, rebattre les cartes et installer un terrain plus favorable pour la gauche.

Mais si nous pouvons peu prédire ce qui ressortira de cette situation, nous savons que pour intervenir dans une crise, la gauche doit être organisée, préparée et avec le soutien de la classe ouvrière et des opprimés. Nous ne pouvons en aucun cas soutenir le racisme et le sexisme qui nous divisent et affaiblissent notre lutte. Nous devons toujours nous tenir du côté des opprimés, nous devons être indépendants, et combattre pour une réelle voie de sortie de gauche à la crise. Même si Trump est la cause d’une catastrophe pour la classe dominante, ce sera aussi une catastrophe pour nous si nous ne posons pas les fondations pour notre propre intervention.

Sacrifier notre indépendance aux partis capitalistes et même pire, soutenir son aile la plus raciste, ne fera rien pour nous préparer aux luttes et crises à venir.

Trad. MV