^

Débats

Une réflexion sur la violence révolutionnaire

Débat avec le « black block » : les actions du 1er mai ont-elles permis de construire la mobilisation ?

Depuis quelques années, la scène est devenue coutumière : à chaque journée de mobilisation, des manifestants, parfois encagoulés, usent de violences contre le mobilier urbain, cassent les vitrines, les panneaux publicitaires et s’affrontent avec la police dont les provocations sont nombreuses. Ce 1er mai, les actions du « black block » ont fait un saut…le gouvernement, les médias, s’en sont donnés à cœur joie. L'occasion d'entamer un débat sur le black block et ses pratiques du bon côté de la barricade.

crédits photo : AFP / Thomas SAMSON

Ce débat se situe dans un contexte particulier où la grande majorité de la classe politique a fait front pour condamner la « violence » des « black bloc ». Beaucoup moins nombreuses étaient les voix pour condamner les violences policières, les interpellations et les gardes à vues de ce 1er mai. Être en désaccord avec la stratégie du black block est une chose. Ne pas condamner la première violence qui est d’abord la violence d’État en est une autre : c’est servir de caution au gouvernement, à l’État capitaliste et à son bras armé dans le meilleur des cas ou, même pire, se placer dans le camp opposé. Ce n’est pas notre cas. Une fois notre camp choisi, du "bon côté de la barricade", nous considérons comme sain et nécessaire d’ouvrir le débat stratégique entre camarades, à savoir comment construire la mobilisation pour défaire Macron et son monde.

« 1er mai 2018 : une journée en enfer » : le rendez-vous lancé sur les réseaux par Génération Ingouvernable et le Mouvement Inter Luttes Indépendant (MILI) a été à la hauteur de ce qui avait été annoncé. Durant le cortège parisien de ce 1er mai, les actions ont été fournies : cassage de boutiques, incendies de véhicules et même d’un début de logement particulièrement spectaculaires. La police, de son côté, a usé de ce prétexte pour attaquer la manifestation, jusqu’à la quasi-dissolution de tout une partie du cortège, qui a viré à l’émeute en de nombreux endroits. Alors, projet réussi ? Celui d’un « 1er mai révolutionnaire » et du lancement d’une « vague insurrectionnelle pour faire chuter ce régime détestable » ? Nous ne le pensons pas. Les agissements du black block ont ouvert de nombreuses brèches dont s’est saisies le gouvernement pour diviser le mouvement social, mais aussi jouer contre la mobilisation. Un constat qui nécessite de revenir sur cette pratique en manifestation et ses attendus.

Vous avez dit « black block » ?

Apparue dans les années 1980 en Allemagne, la pratique du black block consiste dans une forme d’organisation dans les manifestations, visant à passer à l’action « offensive ». Les actions spectaculaires, en particulier en France depuis quelques années, et l’anonymisation relative à travers le port de vêtements noirs et de cagoules, alimentent les fantasmes sur la composition de ses membres. Certains y voient de simples « casseurs » qui profitent des manifestations pour se défouler, d’autres des provocateurs policiers agissant pour discréditer les mobilisations voire même la main de l’extrême droite. Ces différentes théories ne tiennent pas à l’examen, même si l’anonymat facilite évidemment l’infiltration de personnes extérieures (flics, indics et autres ennemis du mouvement). D’abord, parce qu’il s’agit de plusieurs centaines (voire milliers de personnes), d’autre part parce que les « cibles » visés sont relativement distinctes : la police, les banques, les multinationales et autres avatars du capitalisme.

Aucun doute, il s’agit, comme ceux-ci se plaisent à le dire, de « camarades qui ont choisi d’autres méthodes de lutte ». Des camarades issus de tradition politique diverses, dont le point de gravité est bien souvent la nébuleuse autonome, et qui revendiquent le recours immédiat à la violence face à celle qui s’exerce contre eux et nous. Une « violence », soit-dit en passant, à relativiser quand il s’agit de casser des vitrines ou de s’affronter aux forces de répression, face à celle qu’ont eu à subir tous les militants du mouvement. Et qui appelle à un devoir de solidarité réciproque face aux gazs, aux coups de matraques, aux tirs de flashball… sans parler des dizaines de morts tués par la police dans les quartiers populaires. En particulier dans le contexte où les chiens de garde sont de sortie.

Cependant, la solidarité face aux coups de l’Etat ne signifie pas l’absence de critiques face à cette pratique. On aurait même envie de dire que l’un est la condition de l’autre : le soutien aux camarades réprimés est la condition pour remettre en cause leurs pratiques quand, de l’autre côté, la demande, légitime, de soutien face à l’Etat, l’est d’autant plus quand elle s’accompagne d’une remise en cause de ses pratiques. L’accusation notamment de « diviser les luttes », souvent renvoyée face à la critique de tel ou tel débordement dans une manifestation, est fallacieuse. Une chose est de livrer en pâture à nos ennemis – la police et les médias dominants notamment – des camarades de lutte. Une autre est de refuser la stratégie véhiculée par une partie du mouvement, et qui s’impose de fait dans les manifestations sans qu’elle soit le fait de la majorité. Refuser cette distinction, cela signifie refuser l’appartenance à un même mouvement, réfuter l’idée d’un ennemi commun et jouer in fine le jeu de la division tellement décriée. Ceci est le point de départ d’une critique de la stratégie du black block du « bon côté de la barricade ».

Sur l’utilisation de la violence révolutionnaire

« Pas de révolution sans violence » : voici bien souvent le point de départ de la justification du black block, appuyée par des références historiques, notamment à l’occasion du cinquantenaire de Mai 68. Est il est vrai que les grands épisodes de mobilisation ne se font pas sans leur lot d’action directe et de confrontations avec la police. Peut-on imaginer faire reculer le gouvernement, voire davantage, sans affronter les chiens de garde qui maintiennent son ordre ? L’histoire des mobilisations permet de tirer des leçons pour nos luttes : c’est bien pour cela qu’elle mérite un examen plus approfondi que ne le font bien souvent les membres du black block.

Le 6 mai 1968, rue Saint-Jacques à Paris (Photo AFP)

Des pavés, des bâtons, des casques, du gaz et de belles photos d’émeute : quoi de plus pour démontrer les origines soixante-huitardes du black block ? La démonstration est un peu courte. Parce qu’il n’y a, dans ces émeutes du mois de mai 1968 ni cagoules, ni k-way noirs, ni chaussures de combat, ni aucun autre avatar du black block contemporain. Ce détail a son importance : il s’agit d’une violence populaire, portée par la masse, qui s’affiche au grand jour et qui invite à la rejoindre. Une violence qui ne craint pas de se faire prendre en photo parce qu’elle compte sur un soutien politique large pour se protéger.

Une violence, enfin, modelée par les débats stratégiques de traditions politiques certes diverses mais qui ont le point commun de poser la question de son utilisation et de ses conséquences dans le but de créer un bloc social majoritaire et de gagner. Des réflexions, des débats, et des hypothèses pour construire un rapport de forces en fonction de la situation politique qui sont indissociables de la suite qu’espèrent de nombreux militants aujourd’hui : à savoir la plus grande grève générale de l’histoire de l’Occcident en soutien à la répression des étudiants de la Sorbonne. Et en comparaison desquelles les justifications actuelles du black block font bien pâle figure, oscillant entre des théorisations spontanéistes – l’illusion du coup d’éclat qui déclencherait presque par magie l’insurrection – et le mépris de la masse – et des partisans de l’élargissement du mouvement, distributeurs de tract et autres « massificateurs ».

Pire, les théories actuelles qui sous-tendent la constitution du black block, aussi diverses soit-elle, ont un point de départ commun : la disparition d’un sujet social révolutionnaire et, conséquence collatérale, du « grand soir », celui de la grève générale insurrectionnelle. C’est-à-dire de l’appareil stratégique qui équipait, peu ou prou, l’ensemble de ceux qui levaient des barricades dans le quartier latin 50 ans auparavant. Autant dire que la comparaison tourne un peu court…

Et cette absence d’alternative stratégique a des conséquences : elle ne peut conduire qu’au scepticisme et à la démoralisation – telles que l’ont connu nombre de militants post-loi travail – ou à son exact opposé – mais pas moins complément – l’optimisme béat dénué d’analyse de la situation. Et à ce titre, les appels qui ont circulé pour un « 1er mai révolutionnaire » sont confondants. A commencer par la journée en enfer qui estime que « la grève à la SNCF est massivement suivie » alors même que la stratégie des directions syndicales mène les cheminots dans le mur et que les pressions au « dialogue social » se font de plus en plus fortes, du côté de la CFDT ou même de la CGT.

Pire, le communiqué de presse du cortège de tête, ne fait lui aucune mention aux mobilisations en cours : ni aux cheminots, ni aux étudiants, ni à la ZAD… La seule réponse face aux provocations de la préfecture – bien réelles – semble être de généraliser les débordements, appelés à s’étendre au quartier latin après la manifestation. Une absence de perspective dont l’issue logique est la fétichisation de l’émeute, en tout temps et tout lieu, indépendamment de l’état d’esprit des secteurs en lutte et de la situation de la mobilisation. Dès lors, la violence perd de son sens politique, elle confine à la minorité, à une guerre asymétrique face à des forces de répression puissamment organisées, et fonctionne en vase à clos. Elle contribue même à se couper et à jouer contre la mobilisation.

Il est urgent de se reconnecter avec le mouvement

A ce titre, il est important de constater que les contours de la mobilisation actuelle sont bien différents de ceux de la loi travail 2016, qui avait constitué la rampe de lancement du cortège de tête et de son black block à l’échelle qu’on lui connait aujourd’hui. A l’époque, Hollande avait fait le choix de la répression tout azimut, mise en scène à travers un dispositif d’encadrement policier des manifestations rarement égalé en France. Une présence massive, étouffante, accompagnée de provocations et de coups qui avait eu pour effet de radicaliser des franges entières de la mobilisation et de justifier le passage à l’action contre les remparts de flics qui empêchaient l’avancement des cortèges. Macron, depuis son élection, a appris des errements de son prédécesseur. Non pas que la répression ne soit plus là – au contraire, la rafle de 200 manifestants lors de la manif du 1er mai est là pour le rappeler – mais elle est mieux organisée, mieux ciblée, et s’accompagne d’une communication en lien avec la situation particulièrement efficace. Ce qui impose parfois de mettre les forces de police en second rang, comme lors des manifestations parisiennes contre la loi travail au mois de septembre, où les flics disposés à bonne distance des cortèges avaient surpris les membres du black block qui ne savaient plus bien sur quoi « taper ».

L’opération menée par le gouvernement lors de ce 1er mai est à ce titre limpide. Il s’agissait d’empêcher que la mobilisation – et notamment la grève centrale des cheminots – puisse retrouver une dynamique politique capable de remobiliser. Or, dans cette stratégie de communication médiatique, le black block – et autres « casseurs » médiatiques – jouent un rôle central. Il s’agissait de faire disparaître du paysage médiatique les secteurs mobilisés et tous ses éléments les plus progressistes : les cheminots organisés en dehors des cortèges syndicaux traditionnels, la présence de sections de Force Ouvrière contre l’avis de la direction dans un contexte de crise historique de l’organisation, ou encore les cortèges étudiants fournis. D’où le communiqué de la préfecture alertant sur les dangers de la présence de « groupes contestataires issus de mouvances extrémistes » en contradiction flagrante avec l’absence de dispositif de contrôle des entrées. D’où aussi le comportement des flics, tenus à l’écart des manifestations jusqu’à leur surgissement violent dans le cortège dès le premier prétexte fourni. D’où la reconstruction à postériori des faits par les autorités qui expliquent avoir été « débordés » par la violence. Des flics « victimes », en quelque sorte, de la violence des manifestants, voire de l’incompétence de leur encadrement face à la présence des « agitateurs professionnels » que Macron utilise depuis plusieurs semaines. Une opération réussie largement accompagnée par les figures politiques dominantes et quelques leaders syndicaux.

Or, force est de constater que les membres du black block ont été, même si malgré eux, lors de ce 1er mai, l’un des rouages qui a permis au gouvernement de diviser le mouvement social. A commencer par la réponse du cortège de tête au communiqué de la préfecture qui se complait dans le petit jeu de la provocation initiée par les autorités. A continuer par le niveau des débordements, amplifiés par la faiblesse du dispositif policier. Un McDo saccagé, passe encore (même si on peut douter de l’utilité de ce geste pour les travailleurs précaires enfermés à l’intérieur du restaurant durant l’opération). Mais à quoi bon mettre le feu aux voitures environnantes et à un logement, soit-il – supposément – celui d’un keuf, entrainant par la même une intervention nécessaire des pompiers ? Outre la mise en danger réel des manifestants aux alentours, ces incendies ont donné le prétexte idéal à la préfecture pour enfoncer violemment la manifestation et concrétiser le plan du gouvernement.

Comment s’étonner, dès lors, que des travailleurs, qui ont parfois perdu la moitié de leur maigre salaire, consenti des sacrifices importants pour construire la mobilisation, et dont la perte du statut est pour les cheminots comme une épée de Damoclès, s’insurgent contre les « casseurs » ? Bien sûr, il est plus facile de pester contre le spectre de la « propagande policière et médiatique » qui a infiltré les cerveaux et ces travailleurs qui « se trompent d’ennemi ». Mais, outre que ce constat est tout du moins discutable, cette rhétorique conduit de fait à se mettre à l’écart du mouvement, à postuler par avance sa défaite dans la bataille médiatique. D’autant plus quand la critique est, comme ici, justifiée. Il ne s’agit pas ici par avance de refuser les actions offensives, ni même de les reporter à une hypothétique conjoncture favorable, mais de les connecter à la réalité des mobilisations en cours. De ce point de vue, les actions du black block lors de ce 1er mai ont montré toutes leurs limites.




Mots-clés

Manifestation   /    Gauche autonome   /    Débats