^

Notre classe

Grève

Défense du service public : la CGT énergies rentre en grève aux côtés des cheminots

La CGT énergies, première organisation syndicale dans l'énergie, a appelé à rejoindre la grève des cheminots à compter du 19 avril et jusqu'au 28 juin. Elle entend défendre ici aussi la question du service public de l'énergie, au moment où l'entreprise Total vient tout juste de racheter direct énergie et va s'imposer en seconde place sur le marché de l'électricité, face à EDF.

Le syndicat CGT énergies a lancé ce mercredi son propre mouvement de grève pour "l’organisation d’un nouveau service public de l’électricité et du gaz" . Il appelle à la grève à partir de demain, le 19 avril pour la journée de mobilisation interprofessionnelle, et jusqu’au 28 juin en se calquant sur le calendrier de la mobilisation cheminote.

Le syndicat demande un "bilan de la déréglementation du secteur de l’énergie", "la fin de la libéralisation du marché de l’électricité et du gaz" et "un statut de l’énergéticien pour l’ensemble des salariés" de ce secteur.
Des assemblées générales sont prévues pour les prochains jours et le syndicat propose déjà plusieurs journées et types d’actions. "Ça peut être des baisses de production d’énergie, ça peut être des coupures ciblées vers des entreprises qui licencient ou qui criminalisent l’action syndicale, par exemple Carrefour qui aujourd’hui n’entend pas du tout les revendications des salariés", a expliqué mardi soir sur franceinfo, Sébastien Menesplier, le secrétaire général de la CGT Mines-énergies.

Il évoque aussi l’idée d’"aller voir les familles qui sont privées d’énergie et leur remettre le gaz ou l’électricité parce qu’on les a privés pour facture impayée" . Selon lui, "ce n’est plus possible d’avoir autant de précaires énergie en France : 12 millions, c’est trop. L’énergie n’est pas une marchandise, c’est un bien vital donc tout le monde devrait avoir accès à l’énergie comme à l’eau ou à la santé".

Le secrétaire général de la CGT Mines-énergies a rappelé la solidarité des travailleurs de l’énergie avec les cheminots, et sa volonté de penser des actions communes avec eux contre un gouvernement qui "ne veut pas entendre les revendications des travailleurs".

crédit image Archives AFP




Mots-clés

Grève   /    CGT   /    Notre classe