^

Politique

Et aussi une baisse des allocations ?

Demandeurs d’emploi : vers un nouveau contrôle renforcé des « multirécidivistes »

Hier, lors de son allocution sur la chaîne TF1, Macron a explicité les mesures qu’il entend mettre en œuvre pour lutter contre le chômage. Tout en maintenant les travailleurs dans la précarité, ces mesures stigmatisent les chômeurs dont les efforts pour trouver du travail seront étroitement surveillés.

Il y a deux ans débutait la généralisation renforcée des contrôles de recherche d’emploi des chômeurs. Au moyen de sa réforme du chômage, le gouvernement compte encore renforcer ce contrôle, trois semaines seulement après la présentation des ordonnances qui détériorent le droit du travail, visant à réduire le coût de la masse salariale pour les grands patrons.

Baisse de l’allocation chômage

Macron avait proposé lors des présidentielles que les travailleurs indépendants et les démissionnaires puissent eux aussi toucher le chômage. Mais la solution envisagée par le ministère du Travail pour le financement de cette mesure est la réduction des allocations chômage dont bénéficient aujourd’hui les travailleurs qui perdent leur emploi, a révélé le Canard Enchainé. Ainsi, au lieu de prélever aux plus riches, auxquels Macron fait cadeau de 5 milliards d’euros, il préfère prendre aux plus pauvres, vivant déjà difficilement, le montant moyen mensuel des allocations chômage s’élevant à 1060 euros, montant à peine au-dessus du seuil de pauvreté. Macron et son gouvernement comptent bien au moyen de cette nouvelle attaque casser le régime d’assurance chômage, loin d’être suffisant, mais acquis par les luttes du mouvement ouvrier.


Contrôle des chômeurs


De plus, le président explique qu’il souhaite renforcer la généralisation du « contrôle » : il s’agit de surveiller les personnes au chômage. En effet, il précise qu’ « il faut qu’on s’assure qu’ils recherchent bien de manière active un emploi, il faut vérifier les efforts qui sont faits, et vérifier que ce n’est pas un multirécidiviste du refus » envoyant un message stigmatisant aux millions de chômeurs.

Il ajoute « A côté de ça, nous devons nous engager à lui offrir des emplois ». Promesse vaine que tous les gouvernements font sans jamais parvenir à tenir. Pour résoudre la question du chômage, loin d’imposer la précarité pour tous, comme compte le faire Macron au service du MEDEF, ce dont il s’agit c’est d’imposer par la construction du rapport du force, la baisse et le partage du temps de travail, entre tout·e·s.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Chômage   /    Politique