^

Politique

Denis David, un gilet jaune est mort percuté par un camion

Dans la nuit de mercredi à jeudi un camion a tué Denis David, un jeune gilet jaune, à Avignon (Vaucluse), près de la sortie Avignon Sud sur l’A7. La veille, les gilets jaunes avaient été obligés de se déplacer de leur point de blocage par les CRS. Depuis le début de la mobilisation, les attaques contre les gilets jaunes, de même que les violences policières, ont fait plusieurs blessés, victimes et mutilés.

Ainsi, la stratégie de la tension mise en place par le gouvernement, tout comme la propagande médiatique ont alimenté les tensions sur les rond-points, de sorte que les plus réactionnaires se sentent pousser des ailes. D’abord, la manifestante tuée en Savoie le 17 novembre par une voiture « en panique » ; puis les attaques à répétition d’une voiture qui voulait tuer des gilets jaunes le 24 novembre. Ensuite, la femme de 80 ans morte chez elle à cause d’un tir de grenade lacrymogène. Cependant, toutes ces personnes ne sont pas oubliées : divers messages ont été passés, notamment sur les réseaux sociaux, afin de leur rendre hommage. Dans le cas de Denis David, les autres gilets jaunes ont fait un petit monument à sa mémoire. De plus, ce samedi ils garderont une minute de silence à 12 heures dans son honneur sur le rond-point du Melon.

Malgré la cruauté de la situation, toutefois, la solidarité ne s’affaiblit pas :
* Un bayonnais ayant perdu sa main à cause d’une grenade samedi à Bordeaux, les bayonnais se sont rassemblés mercredi soir pour montrer leur solidarité en particulier envers le blessé et en général envers toutes les victimes de la répression policière.
* Dans certains blocages, comme par exemple à celui de Lézignan-Corbières, les automobilistes donnent de la nourriture aux gilets jaunes qui tiennent le barrage jour et nuit.
* Les mouvements lycéen et étudiant trouvent dans la forte colère des gilets jaunes des points communs qui permettent une jonction des luttes afin de fortifier le même combat.
* Le syndicat Sud-Solidaires a déposé un préavis de grève national et les pompiers de la région du Gard ont débuté lundi une grève qui durera jusqu’au 31 décembre.
* Un appel à la grève est lancé pour ce vendredi 14 décembre. Les syndicats de l’enseignement, entre autres, appellent tous les lycéens, étudiants, professeurs et travailleurs à faire grève et à participer aux mobilisations prévues.

En somme, beaucoup d’exemples illustrent la même idée : celle de la solidarité de toute la population, qui est en lutte contre le même adversaire, un gouvernement dont la politique et le mépris de classe n’a eu cesse d’alimenter la colère des gilets jaunes. L’idée de bloquer l’économie commence à se faufiler dans les consciences, alors même qu’il y a à peu près un mois, le mouvement avait comme unique base la seule revendication sur la hausse du carburant. L’idée d’une solidarité collective de la population se montre chaque jour plus forte. La réaction de la population face à la mort de Denis nous montre que la détermination est toujours là, et grandit même de jour en jour, malgré les violences policières. Raison de plus pour sortir dans la rue, chaque jour, bloquer l’économie et ainsi gagner le rapport de force contre Macron. Comme le dit son oncle dans une vidéo sur les réseaux sociaux, « il faut venir ».




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique