Politique

Un politicard locataire de l’Elysée aussi à droite Juppé, Sarko et les autres

Hollande sur Europe 1. Flamby se raidit

Publié le 17 mai 2016

Léo Serge

Les dernières déclarations de Hollande sur Europe 1, ce matin, sont claires. La loi travail passera et Flamby est la seule option possible à gauche, un crochet du droit à l’encontre de Macron et un autre, du « gauche », en direction de Montebourg.

Selon Hollande, il y a déjà eu suffisamment de négociations sur le texte. Un comble, quand on pense à l’usage du 49-3 pour faire passer cette loi à l’Assemblée. Il y a quelques années, Hollande expliquait que le 49-3 était un obstacle à la démocratie. Mais comme disait Chirac les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
Pour se faire élire Hollande, avait déclaré que son pire ennemi était la finance. Aujourd’hui, il déclare que seule la competitivité du pays l’intéresse. Il tient un discours ouvertement de droite. Au niveau du mouvement contre la Loi Travail, il sème la division entre bons manifestants (mais qui n’ont vraiment rien compris à sa Loi) et méchants casseurs, un discours que Sarkozy n’aurait pas renié.

Malgré cette droitisation, il affirme à ses anciens électeurs qu’il ne touchera pas à l’ISF, au contraire de ce que prétend son banquier-ministre de l’Economie. Un distinguo suffisant, selon lui, pour expliquer sa déclaration extrêmement démocratique : d’après lui il n’y a pas d’alternative à son gouvernement sur sa gauche. Autrement dit, c’est moi ou Juppé, voire l’extrême droite, un choix qui doit ravir d’avance ses rares électeurs. Ces postures autoritaires, pleines de morgue, du chef Flamby, l’homme le plus impopulaire de mémoire de sondages, est un rappel utile.
Quand on est au dos au mur il ne reste souvent que la parole. Côté manifestants, dès ce matin, les blocages de périphériques, de raffineries et les premiers cortèges étaient là pour lui rappeler qu’on n’a pas dit notre dernier mot.