^

Monde

Palestine

Dernière minute : L’armée israélienne tire dans la foule, un mort, un blessé dans un état grave

En ce vendredi 8 décembre 2017, jour de la plus importante prière musulmane de la semaine, des dizaines de manifestants palestiniens ont envahi les rues pour protester contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’État israélien. Tsahal, l'armée israélienne, a ouvert le feu, un mort.. le premier.. sans doute d'une longue liste.

Crédit photo : AFP

Comme hier, des affrontements ont eu lieu aujourd’hui entre la jeunesse palestinienne et l’armée de l’État israélien à Gaza et à Jérusalem. Une révolte légitime qui découle de la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l’État israélien pourtant le Conseil de sécurité, dans ses résolutions 476 et 478, déclare que la loi israélienne établissant Jérusalem capitale « éternelle et indivisible » est nulle et non avenue, et constitue une violation du droit international. Qu’importe pour le président états-unien.

Selon le ministère de la Santé gazaoui, un manifestant a trouvé la mort à Gaza dans ces affrontements. Mahmoud Al-Masri, 30 ans, tué à l’Est de Khan Younès alors qu’il protestait près de la barrière de sécurité fermant hermétiquement les frontières d’Israël avec la bande de Gaza. Il est le premier Palestinien tué au cours de ces manifestations. Le ministère de la Santé avait également annoncé la mort d’un second Palestinien, avant de se rétracter. L’homme, atteint d’une balle dans la tête, est toujours en vie, bien que dans un état désespéré. Le porte-parole du ministère a expliqué que le jeune Palestinien, dont le coeur avait cessé de battre, avait été déclaré mort mais que les médecins sont parvenus à le réanimer à l’hôpital.
Après les raids aériens de la nuit d’hier sur Gaza, l’État israélien compte bien saisir l’occasion présentée par les USA pour défendre par tous les moyens possibles, bombardements et tirs à balle réelle sur la foule, la reconnaissance tant souhaitée de Jérusalem comme capitale de son État.

En Cisjordanie et à Jérusalem, l’organisation du Croissant-Rouge palestinien rapporte que 217 manifestants ont déjà été blessés après l’utilisation de gaz lacrymogène et de tirs en balle en caoutchouc comme à Al-Khalil (Hébron), Bayt laḥm (Bethléem), Rīḥa (Jéricho) et près de Nablous (Naplouse), pour réprimer de jeunes palestiniens qui jetaient des pierres.

Dans plusieurs pays arabes et musulmans, pour protester contre la décision de Donald Trump, des milliers de personnes ont foulé le pavé et exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien. En Jordanie, seul pays arabe avec l’Égypte à avoir signé la paix avec Israël, en 1994, 20 000 personnes ont manifesté en scandant : « Jérusalem est la capitale de Palestine ».

La répression est en marche pour empêcher le peuple palestinien de protester contre cette énième spoliation. Une fois encore, l’État israélien fait preuve d’une barbarie féroce face à un peuple sans arme avec l’avale l’administration Trump. Il faut que la répression cesse, Jérusalem n’est pas la capitale de l’État israélien.




Mots-clés

Israël   /    Palestine   /    Monde