Politique

Contre la loi El Khomri, ce 9 mars

Montpellier. Au moins 4000 manifestant.e.s déterminé.e.s contre la loi travail

Publié le 9 mars 2016

Dom Thomas

On n’avait pas vu ça depuis le mouvement de défense des retraites en 2010 : plusieurs milliers de manifestants ont défilé malgré la pluie dans les rues de Montpellier. L’animation assurée par la CGT a rythmé le cortège, dont la composition était beaucoup plus large. Une manifestation réussie, qui marque le début d’une mobilisation qui pourrait bien prendre de l’ampleur. Les différentes instances d’organisation - intersyndicale et AG indépendante - qui se sont réunies dans l’après-midi ont l’une comme l’autre montré leur détermination à donner une suite à cette journée.

La grisaille et la pluie n’ont pas découragé les manifestant.e.s de Montpellier et des alentours : dès 11h du matin, la foule a afflué devant la gare, en lien avec les revendications des cheminots contre la réforme du ferroviaire. Face à l’ampleur de la mobilisation qui se préparait nationalement, l’UD CGT avait finalement appelé au retrait total de la loi El Khomri, et une intersyndicale s’était tenue lundi réunissant Sud et FO : de nombreux secteurs étaient donc présents et la place de la Préfecture était trop étroite pour contenir tous les participants lors de l’arrêt qui y a été marqué à l’occasion des prises de parole. A l’appel de l’AG pour le retrait immédiat de la loi travail, réunie le mercredi 1er mars à partir des réseaux sociaux et notamment de l’événement facebook Montpellier 9 mars Grève générale, la manifestation a continué au-delà de la Préfecture pour rejoindre finalement la Comédie et l’esplanade. Une nouvelle AG a réuni 200 personnes dans le hall de la maison des syndicats, en parallèle de la tenue de l’intersyndicale.

Durant la manifestation, une camarade a été arrêtée par la police. Elle est actuellement en garde à vue et risque de passer en comparution immédiate. L’AG a affirmé son total soutien à cette camarade.

L’AG a voté différentes actions pour mobiliser autour du refus du projet de loi et faire pression sur le gouvernement au niveau local. Elle a également acté la convergence avec le mouvement pour la levée de l’état d’urgence. Une manifestation aura lieu samedi 12 mars à 14h au départ de Plan Cabanes : les forces s’uniront donc pour réclamer la levée de l’état d’urgence ET le retrait de la loi travail, qui participent d’une même logique d’oppression des travailleurs / travailleuses, chômeurs / chômeuses et des classes populaires. L’intersyndicale a elle aussi décidé de participer à cette manifestation : un bon signe pour tous les opprimé.e.s et les exploité.e.s, un mauvais pour le gouvernement ! Une nouvelle AG se réunira à cette occasion pour envisager les suites à donner au mouvement ; la date du 17 mars est d’ores et déjà retenue pour intensifier la mobilisation et converger nationalement. Des perspectives enthousiasmantes !