^

Jeunesse

Répression du mouvement étudiant

Dernière minute. Une armée de CRS évacue Paris 3 pendant la nuit

Cette nuit vers 4 heures du matin l'université Paris 3 occupée dans le cadre de la mobilisation contre la loi ORE a été évacuée par les CRS. Elle devait accueillir aujourd'hui l'assemblée générale de Paris 1.

Depuis le début de la mobilisation Paris 3 (Censier-Sorbonne Nouvelle) avait accueilli des assemblée générales monstres rassemblant jusqu’à 2000 étudiants. Il y a une semaine, le 23 avril, 1000 personnes étudiants avaient à nouveau voté le blocage et l’occupation du site principal de l’université, rue de Santeuil.

Alors qu’une semaine particulièrement chaude dans la lutte de la jeunesse et des travailleurs contre Macron s’ouvre, avec plusieurs dates de mobilisation nationale et de manifestations, le gouvernement a ordonné l’évacuation d’un des bastions du mouvement, « la Commune de Censier ». Seule fac encore occupée dans Paris intramuros, elle devait accueillir l’assemblée générale de Paris 1 aujourd’hui, celle-ci n’ayant plus de lieu de réunion depuis l’évacuation violente de Tolbiac il y a 10 jours, ainsi que la Coordination Nationale Etudiante le week-end des 5 et 6 mai. La prochaine AG de Paris 3 devait s’y tenir le mercredi 2 mai.

C’est aux alentours de 4h30 du matin qu’une horde de CRS ont délogé les occupants. Selon le communiqué des étudiants toutes les personnes présentes ont été fichées. La présidence de la fac avait déjà annoncé la fermeture administrative de la fac ce jour, laissant présager une telle décision.

Partout en France le gouvernement réprime à grands coups de matraques pour tenter d’éteindre le mouvement de grande ampleur contre la sélection et empêcher toute jonction avec les cheminots en grève : il y a une semaine à Grenoble la police tabassait plusieurs étudiants et une professeure, quelques jours après c’était au tour des universités de Metz et Nancy. Cependant la mobilisation est loin de perdre en ampleur face à ces coups de pression et évacuation : à Poitiers 450 étudiants ont à nouveau voté le blocage et occupation de la fac, comme à Lyon ou Montpellier.

Un rassemblement de soutien est prévu aujourd’hui à 18 heures devant la fac, rue de Santeuil, contre la répression. L’assemblée générale de Paris 1 elle se tiendra bien, aux arènes de Lutèce.




Mots-clés

mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Répression   /    Jeunesse