Notre classe

Solidarité ouvrière

Des habitants de Romanswiller dans la boue, les cheminots grévistes viennent en renfort !

Publié le 10 juin 2016

Cécile Manchette

A Romanswiller, en Alsace, les dégâts causés par les intempéries cette dernière semaine sont très importants : un torrent de boue a emporté voitures et morceaux de bitume sur son passage. Ce jeudi 9 juin, des grévistes de la SNCF sont venus de Strasbourg pour donner un coup de main aux habitants !

A écouter les médias dominants et le gouvernement, les cheminots seraient tenus responsables des inondations et sommés par Valls de mettre fin à la grève par « solidarité avec les Français ». Les grévistes démontrent ce qu’est la véritable solidarité avec la population et les usagers. Loin des « journées noires » décrites dans les médias dominants, les journées de grève sont des journées marquées par la réappropriation par les travailleurs de leur outil de travail ainsi que par des actions de solidarité entre travailleurs mais aussi envers la population.

Inondations, intempéries, voies bloquées, lignes de train arrêtées, crue centenaire… Les cheminots devraient mettre fin à la grève et retourner à leur poste. Les usagers sont en danger, les habitants se noient. Après que des journalistes se soient immergés à mi-corps dans l’eau de la Seine - Laurent Desbonnets sur France 2 -, c’est avec un bon coup de com’ que TF1 est venu nous rappeler dans l’émission « Sept à Huit » que nos véritables « héros » sont les policiers prêts à tout – au risque de tomber à l’eau - pour venir secourir les habitants.

Pourtant, loin de cette image erronée construite de toute pièce par les discours médiatiques et gouvernementaux, les cheminots, les grévistes ont montré leur solidarité avec les Français touchés par ces inondations, dont il faut rappeler qu’elles ne sont pas uniquement dues à l’évolution du climat mais générées par d’autres causes comme, pour ne citer que cet exemple, le manque d’entretien des digues. A Romanswiller, les cheminots grévistes ont ainsi montré que le mouvement contre la loi Travail et son monde est une lutte marquée par de grands courants de solidarité.

Aujourd’hui, après les inondations, c’est l’Euro 2016 que les cheminots seraient en train de saboter. Après l’Euro, il y a aura les vacances d’été, le 14 juillet, la rentrée, noël… Mais la lutte n’a que peu d’égard pour les calendriers surtout quand on sait que contre les manifestations et les contestations, la solution de nos dirigeants est de faire passer les lois pendant les vacances !