^

Monde

USA vers le contrôle des armes ?

Des manifestants lycéens touchent le lobby de l’armement nord-américain

Après la dernière tuerie dans un lycée à Florida qui a fait dix-sept morts le 14 février, les jeunes bousculent le débat sur le contrôle d’armes avec leurs manifestations. Plusieurs grandes entreprises américaines prennent leurs distances avec le puissant lobby pro-armes.

Crédit photo : Don Juan Moore / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Chaque semaine, vingt-cinq enfants et adolescents de moins de 17 ans meurent par balles aux États-Unis, en moyenne, selon la revue Pediatrics. Mais la fusillade du lycée à Florida le 14 février dernier , qui s’est ajoutée à cette longue liste, est en train de marquer un tournant. Au lieu de veillées et de bougies, les lycéens de Parkland, une banlieue aisée, à 75 % blanche, ont introduit la mobilisation et les revendications.

Cahiers, crayons et ... gilets pare-balles

Révoltés par la réponse négative de nombreux élus à toute forme significative de contrôle des armes à feu, les jeunes exigent le durcissement de la législation. La mobilisation anti-armes a commencé à gagner les lycées au-delà de la Floride. Lors de ces manifestations, des pancartes sont apparues avec la liste de fournitures scolaires, cahiers, crayons... gilets pare-balles. A l’initiative des jeunes de Parkland, une « Marche pour nos vies » est prévue le 24 mars à Washington, pour l’organisation de laquelle George et Amal Clooney ont cotisé 500 000 dollars. L’animatrice Oprah Winfrey et Steven Spielberg ont aussi annoncé leur présence, ce qui pourrait montrer une tentative de canalisation de la colère de la jeunesse par le parti démocrate.

Le lobby pro-armes en train d’être désarmé

Donald Trump se considère comme « le champion » de la National Rifle Association (NRA) à la Maison Blanche. Il a repris l’idée avancée par cette puissante organisation de lobby pro-armes, consistant à doter 20 % des équipes pédagogiques d’armes à feu.

Mais la réaction sociale face à la dernière tuerie à Florida a poussé plusieurs grandes entreprises américaines à revoir ses partenariats avec la National Rifle Association (NRA). Le plus souvent consistant en avantages accordés à des membres de l’organisation, des grandes entreprises telles que RentaCar et Hertz ont annoncé la fin des promotions aux membres de la NRA. Le site de véhicules d’occasion TrueCar, les assureurs américains Metlife et Chubb, la société de sécurité informatique Symantec ont aussi mis fin aux conditions avantageuses réservées aux membres de la NRA. Un dirigeant de la First National Bank of Omaha a expliqué que « Les réactions des clients nous ont poussés à revoir nos relations avec la NRA ». Les compagnies aériennes Delta Air Lines et United Airlines ont fait de même, en annonçant la suppression de réductions accordées jusque-là aux membres de la NRA.

Ce tournant s’exprime aussi dans la perte de valeur des actions de fabricants d’armes à Wall Street, telles que Sturm Ruger, Outdoor Brands, Vista Outdoor Inc, qui ont vu le prix de leurs actions chuter d’entre 4 et 6% après le 14 février et les manifestations lycéennes qui impactent fortement l’opinion publique américaine.




Mots-clés

Etats-Unis   /    Monde