^

Notre classe

Contre les ordonnances

Le local "La République En Marche" re-décoré par plus de 270 militants au Havre

En protestation aux futures politiques de Macron et Philippe, 275 manifestants se sont réunis devant le local d'En Marche au Havre ce jeudi.

Alors que mardi dernier le nouveau Premier ministre, Edouard Philippe, annonçait la première mesure de son gouvernement qui serait de supprimer les cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage, les militants commencent déjà à s’organiser en opposition.

Ce jeudi 8 juin, au Havre, fief de Philippe, se sont réunis au moins 275 militants et travailleurs devant le local d’En Marche pour exprimer leur refus de Macron et de son gouvernement par ordonnances.

Dans un premier temps, ils ont eu à cœur de redécorer à leur manière le local politique en entonnant quelques « Macron démission ! », puis, suite à une intervention syndicale rappelant les enjeux politiques actuels, a été invitée à s’exprimer la candidate En Marche de la 8eme circonscription de Seine-Maritime, Béatrice Delamotte.

Face aux questions concrètes et aux injonctions des travailleurs, la candidate à la députation « répondait » avec des arguments tout-faits peu convaincants et rébarbatifs, et toujours de manière évasive. Sa ritournelle : « la suppression des charges salariales fera gagner 100€ par mois aux salariés ». C’est d’environ 20€ et non 100 par mois qu’a réellement été estimée la revalorisation des salaires pour les personnes touchant le SMIC suite à cette réforme. En plus de cette duperie, c’est en réalité le début de la destruction de la sécurité sociale et de la précarisation des plus pauvres (chômeurs, précaires, retraités) que sonne cette réforme. Mais alors, madame Delamotte prendrait-elle les travailleurs pour des idiots ? Nous ne nous avancerons pas, mais il semble que les présents de ce jeudi matin n’aient pas été convaincus (ce qu’on pouvait une fois de plus déceler aux « Macron démission ! »), et ne soient pas non plus très enclins à lui donner leur voix dimanche...

Ce rassemblement au Havre, est symptomatique de la colère qui gronde chez les travailleurs envers ce gouvernement, et risque de n’être qu’un exemple de ce qui reste à venir, face aux mesures de casse sociale prévues par Macron et Philippe. Dès aujourd’hui, il est important de se rassembler et de s’organiser, travailleurs et travailleuses du public comme du privé, pour lutter et résister face à ce gouvernement autoritaire, déterminé à mettre en lambeau tous nos acquis sociaux.




Mots-clés

Édouard Philippe   /    Le Havre   /    Emmanuel Macron   /    Notre classe