^

Genres et Sexualités

Argentine

Des milliers de femmes manifestent à Buenos Aires pour réclamer la légalisation de l’avortement

Lundi dernier, dans les rues de Buenos Aires, des milliers de femmes se sont rassemblées et ont arboré le fameux foulard vert afin de remettre sur le devant de la scène la revendication historique du droit à l’avortement. Une mobilisation qui bénéficie d'un soutien enthousiaste de la jeunesse.

Avec cette journée de mobilisation organisée dans le cadre des préparatifs du 8 mars - journée internationale des droits des femmes, la Campagne Nationale pour le Droit à l’Avortement Légal, sûr et gratuit a reçu ce lundi 19 février une nouvelle preuve de l’énorme sympathie qui entoure cette revendication. Des actions similaires ont eu lieu à d’autres endroits du pays, comme Neuquén, Córdoba, Jujuy et d’autres provinces. Au préalable, un "twitazo", a permis de rendre populaire le hashtag #AbortoLegalYa (Avortement légal maintenant) obligeant les médias dominants à assurer tôt la couverture de l’événement.

Avec des étudiants, des amies, des voisines de quartier - leurs visages, leurs bras et leurs ventres peinturlurés de phrases vertes - des centaines de jeunes ont commencé à arriver, avant même l’horaire prévu, pour défendre cette demande historique du mouvement de femmes. Des travailleuses de différents secteurs, comme les institutrices et les infirmières de l’Hôpital Posadas, qui luttent contre les licenciements et se préparent à participer à la mobilisation du 8 mars, ont également apporté leur soutien. L’appui marqué de ces femmes qui luttent pour leurs emplois a été une démonstration de la potentialité qu’exprime une telle journée de mobilisation.

Depuis une sono placée dans la rue, de plus en plus remplie de monde, l’actrice Virginia Godoy, connue comme Mademoiselle Bimbo, a salué les présentes et a lu un document élaboré par les organisatrices. Peu après, Nina Brugo l’une des défenseuses historiques du droit à l’avortement a pris le micro, suivie par les travailleuses de l’Hôpital Posadas, engagées dans une lutte combative. Ensuite des représentantes des mouvements de femmes et des députées nationales de partis distincts, comme Araceli Ferreira du Movimiento Evita, Victoria Donda de Libres del Sur, Mónica Macha de Unidad Ciudadana et Nathalia González Seligra, du PTS/Frente de Izquierda ont pris la parole.

Toutes les oratrices ont apporté leur soutien au projet impulsé par la Campaña, qui promeut la légalisation et la dépénalisation de ce droit qu’est l’avortement, qui est avant tout une question de santé publique : des milliers d’argentines souffrent des conséquences de l’avortement clandestin, et des centaines meurent chaque année. Le fait que durant toutes ces années cela n’ait pas été une raison suffisante pour que le projet soit débattu et adopté, est de la responsabilité des blocs majoritaires du Congrès de la Nation, où l’initiative a été présentée pour la première fois, il y a 13 ans déjà, sous la majorité kirchnériste.

De nouvelles forces pour une revendication historique

« Le 8 mars sera plein de jeunes qui auront envie de continuer de lutter pour leurs droits. Le féminisme explose chez les filles », affirme le Sol. Daniela, 19 ans, qui nous explique que c’est la première fois qu’elle participe à ce type de mobilisation. « C’est une thématique qui unit beaucoup les jeunes ». « Pour le 8 mars j’espère qu’il y aura une vraie grève générale. J’étudie pour être enseignante et je sais que c’est un sacrifice de perdre un jour de classe, mais réellement ça en vaut la peine. Démontrer que nous les femmes, nous pouvons arrêter le monde est super important », soutient-elle.

Le 8 mars et les défis du mouvement des femmes

Le refus des gouvernements distincts et des partis majoritaires d’accorder ce droit élémentaire, contre lequel l’Église poursuit son lobbying (en commençant par le pape François), a empêché que, pendant toutes ces années, le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit soit reconnu et garanti par les institutions de l’État.

La Place des deux Congrès noire de monde, et en grande majorité de jeunes femmes, a montré ce lundi que des nouvelles générations ont pris en main ces revendications historiques du mouvement des femmes, comme celui du droit de décider de son propre corps et de ne pas mourir à cause de la clandestinité et de la criminalisation de l’avortement. Comme l’a exprimé depuis la place la députée PTS Nathalia González Seligra, ce fait démontre aussi que nous sommes devant les préparatifs d’un 8 mars populaire, capable d’imposer au gouvernement national l’agenda pour nos droits.

Comme l’a également souligné Seligra, les mobilisations massives du 14 et 18 décembre passé, qui ont laissé un macrisme affaibli pour pouvoir avancer avec ses réformes de fond, ont également marqué de nouveaux défis pour le mouvement des femmes, en commençant par l’appel à la prochaine Journée internationale des droits des femmes. La mobilisation massive dans les rues a pour but d’imposer le débat, et que soit approuvée cette revendication historique, démocratique et élémentaire.

Construire une alliance solide du mouvement des femmes avec les milliers de personnes qui, ces dernières années ont fait leur notre étendard de lutte, et, particulièrement, avec les hommes et les femmes opprimés et exploités par ce système capitaliste et patriarcal, alors que la grande majorité de l’humanité n’a pas à perdre plus que ses chaînes, voici une partie fondamentale de ces défis.




Mots-clés

Droits des femmes   /    Argentine   /    Genres et Sexualités