Notre classe

Solidarité internationale : la classe ouvrière n’a pas de frontières !

[Vidéo] Des travailleurs en France solidaires avec l’usine sans patrons Zanon en Argentine

Publié le 26 octobre 2016

Zanon est une usine de carrelage située en Argentine. Il s’agit d’une usine emblématique. En effet, les ouvriers y produisent sans patron depuis 15 ans.

Laure Varlet et Maryline Dujardin

Lors de la crise économique qui a fait des ravages en Argentine dans les années 2001, les patrons de Zanon ont voulu mettre la clef sous la porte. Mais les ouvriers de cette usine de carrelage, située dans la Patagonie argentine, ont refusé de partir et se sont battus pour défendre les emplois et leur outil de production. Pendant ces 15 ans de combat acharné et déterminé contre les anciens patrons, l’État argentin, sa justice et sa police ont orchestré une répression féroce pour les faire plier. Les ouvriers de Zanon ont su résister pendant de nombreuses années la tête haute, mais ils sont aujourd’hui face à une situation difficile. Après 15 ans d’une expérience riche en auto-organisation et en enseignements pour l’ensemble des travailleurs qui se battent contre les fermetures d’entreprises, en Argentine mais aussi partout ailleurs, l’État argentin veut aujourd’hui faire payer les travailleurs combatifs de Zanon en refusant de donner de l’argent pour les investissements nécessaires pour rénover les machines, beaucoup trop vieilles par rapport à celles de la concurrence du monde capitaliste qui les entoure.

Les travailleurs de Zanon ont toujours défendu l’idée de se coordonner, de la convergence des luttes et l’idée que pour gagner face à l’état et aux patrons, il ne suffisait pas de mettre en place le contrôle ouvrier dans leur usine, mais qu’il fallait aussi se battre pour changer l’ensemble de la société. C’est dans cet état d’esprit qu’ils ont toujours été solidaires des luttes que mène la classe ouvrière, non seulement en Argentine, mais partout dans le monde. En 2012, l’un des principaux animateurs de cette lutte, Raul Godoy, est venu en Europe et a rencontré des travailleurs combatifs dans plusieurs pays. En France, il avait rencontré les salariés de PSA Aulnay, qui à ce moment-là luttaient contre les licenciements et la fermeture du site d’Aulnay, ainsi que les Goodyear. Il a aussi rencontré des travailleurs dans l’État espagnol, en Allemagne et aussi en Grèce, où il a visité et partagé son expérience avec les ouvriers de l’usine Vio.Me, également sous contrôle ouvrier depuis la crise et largement inspirée de l’expérience des ouvriers de Zanon en Argentine.

Aujourd’hui, de nombreux syndicalistes et militants ouvriers en France soutiennent les travailleurs de Zanon. Mickaël Wamen de Goodyear, Xavier Mathieu, ex-salarié de Continental, Manu Georget, ex-délégué CGT de l’usine Philips à Dreux, des cheminots qui se sont battus ce printemps contre le décret socle et aussi contre la loi travail, des travailleurs combatifs de la CGT du Havre, des travailleurs de la CGT Verre et Céramique, de l’usine Latécoère à Toulouse, de l’ex-Fralib, et tant d’autres ont voulu témoigner de leur soutien à travers des photos et vidéos. La solidarité internationale de la part des travailleurs qui refusent les frontières artificielles que les gouvernements et les patrons veulent nous imposer est une arme fondamentale !