Politique

« Dans l’os ! »

Donges. Le dépôt temporairement débloqué, la raffinerie toujours à l’arrêt

Publié le 27 mai 2016

Donges, avec sa raffinerie, l’une des plus importantes de France, et son gros dépôt de carburant, qui alimente une partie de la région : Manuel Valls en avait fait une affaire personnelle. C’est la raison pour laquelle les CRS sont intervenus peu avant 10h contre le piquet en soutien aux travailleurs grévistes du dépôt de carburant SFDM du groupe Bolloré. Mais le dépôt de carburant est toujours majoritairement en grève. Quant à la raffinerie TOTAL, elle est à l’arrêt.

Corinne Rozenn

Ils étaient 250, ce matin, sur le piquet devant le dépôt SFDM de Donges, près de Saint-Nazaire, sachant que les forces de répression allaient intervenir. Des drapeaux CGT, majoritairement, mais également des autres syndicats, avec une forte présence des équipes militantes de la construction navale, d’EDF et d’autres secteurs en lutte.

« Quand on les a vu arriver et se déployer, on a dit les choses clairement, raconte Cédric Turcas, secrétaire général de l’UL CGT de Saint-Nazaire. ‘Si vous nous prenez en étau, ça va partir en vrille’. On a choisi nous-mêmes notre voie de sortie. Mais ça ne change rien par rapport au dépôt, qui est à l’arrêt ».

En effet, dans le dépôt, distinct de la raffinerie, qui est également à l’arrêt, 98% des ouvriers de production sont en grève. « Il n’y a qu’un seul intérimaire qui n’est pas gréviste et qui est habilité à charger du carburant. Faudra qu’on nous explique comment ils comptent faire pour charger les citernes. Avec le personnel de direction, peut-être ? », Commente, rigolard, un autre syndicaliste.

« La dynamique est très importante. Tout le monde est super motivé, et pas seulement les gars du dépôt et ceux de la raffinerie. Hier on a fait une grosse mobilisation à Saint-Nazaire. On est un bastion. Ce n’est pas parce qu’on nous a débloqué qu’on ne va pas continuer ».

Une AG des grévistes de la raffinerie est prévue à 13h, aujourd’hui vendredi, alors que les équipes militantes de soutien sont en train de se redéployer, sur le terrain, pour bloquer à nouveau au niveau du rond-point Bonne Nouvelle. « On peut dire qu’il l’a dans l’os, Valls », conclut Turcas, qui promet, plus remonté que jamais, la poursuite du mouvement.