Politique

Des barrages forcés à Fos-sur-mer et à Vitrolles

Fos-sur-mer, un militant renversé sur un piquet de grève. Le gouvernement et ses scènes guerre de classe responsable ?

Publié le 26 mai 2016

En cette huitième journée de mobilisation contre la loi Travail, des manifestants ont été renversés, ou blessés sur des piquets de grèves par un conducteur de poids lourd et un automobiliste, respectivement, à Vitrolles et à Fos sur mer. A Fos-sur-Mer, le militant est dans un état grave et a dû être héliporté. À Vitrolles, des manifestants ont été légèrement blessés par un camion.

A Fos sur mer et à Vitrolles, un automobiliste et un conducteur de poids lourd ont forcés le barrage, mettant volontairement la vie des grévistes en danger. L’un d’eux est dans un état critique, et le pronostic vital est engagé. Ce matin, à Cherbourg, deux personnes, en moto, ont été renversées par une voiture qui faisait « demi-tour devant une déchetterie » fermée pour grève. L’une, qui s’est avéré, syndicaliste CGT, maire Front de gauche d’une petite commune est décédé. Grièvement blessé, le second occupant de la moto a été transporté aux urgences par l’hélicoptère. Ce dernier cas s’apparente à un accident de la route.

Un militant très grièvement blessé à Fos sur mer

A Fos sur mer, un syndicaliste de 51 ans avait les mains posé sur le capo de la voiture, tentant de communiqué avec le conducteur véhément. Ce dernier a alors accéléré, renversant le gréviste qui est actuellement dans le coma et dont le pronostic vital est engagé. Pire, le chauffard a pu tranquillement passé devant le point de blocage suivant ... de la police qui n’est pas intervenu, malgré les cris d’alerte des personnes présentes sur le piquet. Une inaction qui en dit long sur le rôle des forces de répression sur les piquets de grèves, bien plus prompt à déloger les grévistes que d’appréhender une personne ayant commis sous leur yeux ce qui est ni plus ni moins qu’une tentative d’assassinat.

Des manifestants blessés à Vitrolles

A Vitrolles, un conducteur de poids lourd a ainsi forcé le barrage, occasionnant deux blessés légers sur le piquet, le syndicat CGT a organisé des barrages filtrants dans la zone industrielle d’Anjoly. Les militants laissent passer un père et sa fille dans une voiture, quand un camion tente de s’engouffrer dans la brèche. Les opposants à la loi Travail tambourinent alors à sa portière. Le chauffeur accélère et percute deux voitures, dont celle de la famille. Les deux occupants ont été hospitalisés pour de petites blessures. « L’homme a été blessé au poignet. La femme et leur fille de 4 ans ont été choquées", ont souligné les secours. ». Il a aussi roulé sur des manifestants, eux aussi légèrement blessés. ?

En délogeant les piquets de grève, le gouvernement a-t-il encouragé la violence contre les grévistes ?

Ces actes extrêmement réactionnaires, dont les conséquences pourraient couter la vie à des militants, ne peuvent être extraits du contexte politique immédiat. En délogeant les piquets de grèves, à travers des déploiements policiers totalement impressionnants notamment à Fos-sur-mer, le gouvernement n’est clairement pas étranger à cette violence qui aujourd’hui se déchaine contre les militants, sur des piquets de grève.

C’est aussi le rôle des médias dominants et des procureurs, relais des intérêts gouvernementaux qui sont à noter. Alors qu’un accident avait couté la vie à un automobiliste non loin du Havre le mercredi 18 mai, les médias appuyé sur les déclarations du procureur de la République du Havre, François Gosselin n’avaient pas hésité à faire le lien entre l’accident et la mobilisation contre la loi Travail alors que le conducteur du camion, qui a provoqué l’accident, aurait emprunté une rocade à contresens pour éviter un des points de blocage mis en place par les routiers.

Dans le cas de l’accident de Cherbourg, la procureure de la République de Cherbourg, a indiqué avec certitude qu’ »il s’agit d’un accident de la route, qui n’est pas directement lié » aux manifestations de ce jeudi contre la loi travail, même si les deux victimes "ont participé" à ces manifestations en cours. On le voit, c’est clairement un deux poids deux mesure, qui vise soit à faire porter le chapeau à la mobilisation contre la loi Travail, quand cela est possible, soit à la dédouaner quand cela pourrait le desservir, en effet, la mort d’un syndicaliste pourrait bien faire tort au gouvernement.

Musclons nos piquets de grève !

Pour faire face à ces actes réactionnaires qui sont pour le moment isolé, et auxquels la politique gouvernementale et ses forces de police ne sont clairement pas étrangers, mais aussi à la police elle-même qui va continuer à débloquer les dépôts pétroliers sur les ordres du gouvernement, muscler nos piquets de grève pour l’auto défense, est plus que nécessaire. C’est la condition sinéquanone pour commencer à construire la grève dans la durée, et construire sa généralisation pour obtenir le retrait de la loi Travail.

partager

Mots-clés