Notre classe

Répression syndicale

[Direct] Toulouse. Rassemblement de soutien à Jérome, cheminot en procédure disciplinaire pour faits de grève

Publié le 30 mai 2016

Une soixantaine de cheminots et de soutiens extérieurs se sont rassemblés ce matin devant les locaux administratifs où Jérome était convoqué pour un entretien préalable à sanction. Le reproche affiché par la direction est de ne pas avoir annoncé dans les temps qu’il se mettrait en grève pour la journée d’actions interprofessionnelle du jeudi 26 mai. Les cheminots occupant certains postes comme la conduite le contrôle et l’aiguillage sont en effet tenus d’avertir leurs supérieurs 48 heures avant de cesser le travail. Or le syndicaliste de SudRail n’était pas soumis a une déclaration d’intention de 48 heures, vu qu’il était en formation, donc non considéré comme « productif », et de plus la formation était actée un mois a l’avance. Son supérieur hiérarchique a accepté de changer sa commande lui faisant rappel des délais. Mais Jérôme et ses camarades ont eu droit à une surprise, apprenant par la suite que celui-ci était convoqué, risquant jusqu’à la mise à pied !

Correspondants

Les cheminots présents au rassemblement ont clairement en tête que le principal tort de Jérome est « d’être délégué syndical et grande gueule ». La situation n’est surprenante pour personne, puisque le syndicaliste a été convoqué de la sorte trois fois en un an et demi par une direction qui s’acharne à vouloir faire tomber les têtes qui ne se baissent pas face à la politique de la direction de l’entreprise ferroviaire. Ce cas n’est pas isolé, et depuis le début de la mobilisation plusieurs salariés du rail ont été intimidés, dont beaucoup de non-syndiqués qui sont des cibles plus faciles pour la hiérarchie.

Dans ce contexte de mobilisation contre le décret socle et la loi travail, et avec la grève dure qui s’annonce pour les cheminots à partir du 31 au soir, ce rassemblement de soutien aura certainement fait comprendre à la direction que la répression syndicale et les attaques au droit de grève ne passeront pas !

partager

Mots-clés