^

Politique

Contre le silence médiatique sur l'affaire Adama

Disiz : "La bagarre Booba-Kaaris c’est un fait divers. J’aimerais autant d’informations sur l’affaire Adama"

Ce samedi, le rappeur Disiz La Peste était invité sur le plateau de l'émission On n'est pas couché. Interrogé sur l'affaire Booba-Kaaris, le rappeur a opposé la surmédiatisation de ce qu'il considère être un "fait divers" au silence médiatique sur les affaires de violences policières comme l'Affaire Adama Traoré. Le jour même une manifestation pour Adama réunissait plus de 2 000 personnes dans la rue à Paris contre l'impunité policière et le racisme d'Etat.

Venu pour faire la promotion de son dernier album "Disizilla" sur le plateau d’On n’est pas couché, le rappeur Disiz La Peste a été interrogé sur l’affaire Booba Kaaris de l’été. A la question "Est-ce une bonne ou mauvais chose pour le rap ?", Disiz a répondu qu’il ne s’agissait ni d’une bonne, ni d’une mauvaise chose : "C’est un fait divers qui aurait pu être dans Le Parisien" Le rappeur a alors ajouté, provoquant un moment de gêne sur le plateau : "Je préférerais avoir autant de détails sur l’affaire d’Adama Traoré ou de Zyed et Bouna... Là on a tout su sur Booba et Kaaris, (...) moi j’aimerais bien avoir autant d’informations sur l’affaire d’Adama Traoré, mais bon, apparemment ça intéresse moins."

Une manière pour le rappeur de dénoncer le silence médiatique assourdissant qui entoure l’affaire Adama Traoré, mort d’asphyxie au cours de son interpellation par des gendarmes le 18 juillet 2016, et l’ensemble des cas de violences et de meurtres policiers dans les quartiers populaires. Contrairement à la bagarre entre Booba et Kaaris, le meurtre d’Adama Traoré et de Zyed et Bouna ne sont pas des "faits divers".

Un "coup de gueule" du rappeur d’autant plus bienvenu que ce samedi 13 octobre se déroulait une manifestation pour Adama suite aux résultats de la dernière expertise médicale dédouanant les gendarmes de toute responsabilité dans la mort du jeune homme. Une manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans les rues de Paris pour exiger, deux ans après, vérité et justice pour Adama.




Mots-clés

Manifestation   /    Adama Traoré   /    Racisme   /    médias   /    Violences policières   /    Politique