^

Débats

On vaut mieux que ça

Du « jobsharing » au « nesting » : 10 duperies du capitalisme cool

Nous passons en revue 10 des termes les plus infâmes pour décrire la précarité dans le classement de la honte. Nous le traduisons de la langue néolibérale à la langue précaire pour révéler les mensonges des entrepreneurs.

La langue est aussi un champ de bataille et en pleine offensive bourgeoise, les think tanks des patrons nous enfument avec des termes nouveaux et créatifs pour adoucir et promouvoir des situations précaires qui se multiplient au milieu de la crise capitaliste.

Tout comme l’identification du travailleur à la figure de l’entrepreneur, comme coupable individuel de toutes ses propres circonstances, est l’un des piliers du credo néolibéral, le capitalisme montre son énorme capacité à « s’habiller en soie » et à couvrir l’exploitation des tonalités « progressives ». Allons-y avec le classement.

10. Jobsharing

Traduction : promo, deux travailleurs pour le prix d’un

Partager le travail pour la moitié du salaire avec un autre affamé. Vous ne devrez pas supporter l’esclavage d’avoir un emploi à plein temps. Ou du moins, c’est ainsi que cela se passe dans les écoles de commerce. De cette façon, l’employeur trouve un moyen clair et précis d’embaucher deux travailleurs pour un seul salaire. Les incertitudes pour arriver à la fin du mois sont finies. Vous savez déjà avec certitude que vous n’y arriverez pas.

9. Nesting

Traduction : je n’ai pas d’argent pour sortir

Selon les programmes de télévision et les journaux c’est la nouvelle mode parmi les jeunes et moins jeunes. Il s’agit essentiellement de ne pas quitter la maison pendant votre temps libre. Apparemment, cela n’a aucun rapport avec le prix de plus en plus élevé du transport, l’augmentation du coût de la vie ou le taux du chômage parmi les jeunes et aussi les bas salaires. Celà peut devenir une option encore plus attrayante si votre maison est un studio ou si vous travaillez aussi le week-end, mais ça ce serait "coliving" ou "jobvacation", ne vous précipitez pas, on y arrive.

8. Coliving

Traduction : mon appart est minuscule

L’augmentation du prix de la location des logements (en particulier dans des villes comme Paris ou Bordeaux) ou l’embourgeoisement (gentrification) de votre quartier, ne doivent pas vous inquiéter. Vous pouvez vous entasser dans votre appartement avec plusieurs colocataires, car vous ne remarquerez pas que cette situation est très inconfortable.

7. Jobcavation

Traduction : travailler pendant les congés

Que vous continuiez à travailler pendant vos vacances et que vous ne puissiez pas les récupérer par peur de menaces de licenciement ou de non renouvellement d’un contrat (on vous rappelle plus, c’est le licenciement moderne) ne peut que signifier que vous êtes un collaborateur enthousiaste qui se soucie d’assumer chaque nouvelle journée, des défis pour s’améliorer. Ou du moins c’est ce que l’on entend par "jobvacation". Cette année, des vacances imaginaires.

6. Minijob

Traduction : petit job de merde

Strictement, ce sont des contrats de moins de 15 heures par semaine, mais cette définition est très large. Ils peuvent aller de contrats qui font figurer 10 heures lorsque vous travaillez plus de 40 par semaine (quelque chose d’habituel dans des secteurs tels que l’hôtellerie) à des contrats de 4 heures par semaine, 1 jour ou 1 heure. Les minijobs ont comme habitat naturel les zones sombres des réformes du code travail et il est possible de trouver des pages web comme « minijobs.pro » où des emplois sont offerts rémunérés à partir de 1 €.

5. Sinkies

Traduction : un travail qui ne me permet pas d’élever des enfants

Avec ce nom digne d’un groupe « indie-pop » est appelé le Single Income No Kids, les couples avec un d’eux sans emploi sont sans possibilités économiques d’avoir des enfants. Bouclant la boucle, il y a aussi des journaux (comme El Mundo en Espagne) qui les appellent trenteenagers (adolescents avec plus de 30 ans), une sorte de « mileuriste » jovial (personne qui gagne moins de 1.000€ par mois) qui conserve intact le travail précaire de sa jeunesse. On peut aussi l’appeler pauvreté, c’est plus court.

4. Power nap

Traduction : je crève de fatigue

Techniquement, il s’agit d’une sieste de 20-30 minutes, mais dans ce cas, il se réfère à une initiative de ce type de « sociétés modernes » dans laquelle « tout le monde voudrait travailler » : prélassez-vous sur votre confortable poste de travail, mais seulement 20 minutes, mais pour produire plus après, quelque chose de très innovant, qui se passait déjà dans les chaînes de montage de l’Asie du Sud-Est. Le manque de sommeil régulier d’une grande partie de la classe ouvrière ou la mise en œuvre des équipes tournantes ne semble pas avoir de rapport avec ce cadeau de votre patron qui est fantastique "power nap" le pouvoir de la sieste.

3. Médaille de bronze : Proactivité

Traduction : content d’être esclave

C’est ce genre de mots que vous trouvez dans les offres d’emploi. Il se réfère aux sacrifices consentis par le travailleur pour concentrer sa créativité et son énergie sur des améliorations pour l’entreprise. Le concept a été inventé par le psychiatre Viktor Frankl en relation avec la reconstruction de la vie de ceux qui avaient survécu à l’Holocauste nazi, mais son travail a été détourné pour encourager la soumission corporative en 1989, quand il a été repris dans « Les Sept Habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent » Ce livre a vendu 25 millions d’exemplaires et a fourni un revenu millionnaire à son auteur, le gourou religieux Stephen Covey.

2. Médaille d’argent : Salaire émotionnel

Traduction : je suis payé avec des sourires

Avec le salaire émotionnel que vous ne touchez pas en argent, vous aurez en échange un bon environnement de travail, des horaires qui vous permettent de travailler dans un autre lieu ou des activités, ni facultatives ni rémunérées avec l’entreprise en dehors de vos heures de travail. De cette façon, non seulement vous perdez une partie de votre salaire en échange d’une relation amoureuse orwellienne avec l’entreprise, mais vous assumez également que des conditions de travail acceptables ne sont pas naturelles, mais un complément à votre travail.

1. Médaille d’or : Économie collaborative

Traduction : faux travailleur autonome sur demande

Les travailleurs n’ont plus besoin de droits parce que ... maintenant ils sont entrepreneurs ! Et les patrons en chœur applaudissent avant cette tournure des événements. Les travaux de la soi-disant économie collaborative sont ceux dans lesquels le travailleur est embauché ponctuellement dans des conditions qui passent outre la législation et mettent tout le matériel nécessaire à la commande, mais la compagnie continue de faire payer sa part. Dans cette aubaine, participent des plateformes telles qu’Uber ou Deliveroo.

Traduction : Michel Rosso




Mots-clés

souffrance au travail   /    Débats