^

Notre classe

Quand Bibendum licencie

Écosse : Michelin va fermer une usine, 850 salariés sur le carreau

Le groupe français Michelin a annoncé la fermeture d'une usine de près de 850 salariés dans la ville de Dundee en Écosse d'ici 2022. Après une fermeture d'usine déjà douloureuse pour les salariés il y a deux ans, Michelin continue sa sortie du Royaume-Uni et laisse sur le carreau des centaines de travailleurs.

Crédit photo:Jean-Sébastien Evrard / AFP

Il y a deux ans l’entreprise de pneus Michelin fermait une de ses usines de production, le site de Bellymena au Royaume-Uni, ce qui avait alors eu pour conséquence le licenciement de 800 travailleurs. Dans la continuité de cette fermeture, ce lundi 5 novembre le fabricant de pneus a annoncé la fermeture d’une seconde usine, le site de Dundee en Écosse, d’ici à 2022.
 
Selon le fabricant, les pneus de 16 pouces fabriqués dans cette usine depuis 1971 ne conviendraient plus à la demande du marché. D’autre part, l’entreprise se dit dépassée par l’offre sur le marché de pneus à bas coût produits en Asie. Surtout, Michelin se refuse à transformer l’usine, affirmant que la conversion n’est pas « financièrement tenable », et préfère ainsi laisser sur le carreau 850 ouvriers pour préserver ses profits juteux qui ont dépassé les 5 milliards d’euros en 2017.
 
Cette fermeture aura d’autant plus un impact sur l’activité dans la zone qu’elle est le principal secteur industriel de la ville de Dundee. Le syndicat Unite a dénoncé cette fermeture, vécue comme une trahison par les salariés. En effet, ces derniers avaient consenti à des efforts considérables sur leurs conditions de travail sous prétexte que cela s’avérait nécessaire afin que le site puisse se pérenniser dans le temps. Ces efforts demandés par l’entreprise auront été en vain au vu de la fermeture annoncée de l’usine. Le syndicat Unite a annoncé qu’il allait falloir se mettre en mouvement et se battre « bec et ongles pour sauver l’usine ».
 
Face à la ferme volonté de Michelin de fermer l’usine, la perspective d’une reprise de l’activité par le groupe ou par un autre géant capitaliste n’étant pour le moment pas envisagée , les ouvriers ne pourront compter que sur leur détermination et celle de l’ensemble des travailleurs pour tenter de sauver leur peau.




Mots-clés

Usine   /    #NosViesValentPlusQueLeursProfits   /    Licenciement(s)   /    Brexit   /    Merci patron !   /    Patrons-voyous   /    Automobile   /    Notre classe