^

Société

"Gauchiste", "Journaliste de merde"

Elise Lucet de "Cash Investigation" huée par les actionnaires de Carrefour

Dans les dernières émissions de Cash Investigation, Elise Lucet et son équipe ont décidé de montrer à heure de grande audience sur France 2 les pratiques de groupes de la grande distribution. Après LIDL et ses techniques managériales, c'est désormais Carrefour qui est visé par la dernière émission consacrée au business du coton en Ouzbékistan. Alors qu'Elise Lucet s'est invitée à une réunion des actionnaires de Carrefour, ces derniers n'ont apprécié ni le reportage, ni la visite.

Depuis la rentrée, l’émission Cash Investigation enregistre des records d’audience et provoque des tollés. En septembre, l’émission "Travail, ton univers impitoyable", révélant les conditions de travail de milliers de salariés embauchés dans la grande distribution et la communication a rencontré un écho important en pleine mobilisation contre les ordonnances Macron. Cette semaine, Elise Lucet et son équipe se sont attaqués aux méthodes de production du coton en Ouzbékistan, l’un des plus grands exportateurs de coton dans le monde et ses liens avec Carrefour. Une émission qui a été suivie par plus de 2,4 millions de téléspectateurs.

"Cash Investigation" s’est notamment intéressé à la marque "Tex", vendue par Carrefour. Ils ont découvert que le coton ouzbek rentrait dans la fabrication de ces T-Shirts. Pour récolter ce coton, le gouvernement a recours au travail forcé et au travail de jeunes enfants. Dans le reportage, Elise Lucet, qui n’est pas parvenue à obtenir d’interviews de la chaîne Carrefour, décide de se présenter à une réunion des actionnaires du groupe. Alors qu’elle prend la parole au milieu de la réunion pour adresser une question, les huées et les insultes ne tardent pas à fuser : "gauchistes", "journaliste de merde", "vendus" peut-on entendre sur les extraits vidéo.

Il semblerait que le géant de la distribution n’apprécie pas l’intrusion d’Elise Lucet dans ses affaires. LIDL non plus n’avait pas bien vécu le fait que l’on ternisse l’image de son enseigne et avait fait le choix d’ailleurs de [porter plainte contre l’équipe de journalistes >http://www.revolutionpermanente.fr/Lidl-porte-plainte-suite-a-la-diffusion-du-reportage-de-Cash-Investigation]. En effet, ces géants de la distribution qui déploient leurs tentacules aux quatre coins du monde, y exploitent une main d’œuvre bon marché, encouragent le travail forcé et imposent à l’ensemble de leurs salariés des conditions de travail au rabais, n’aiment pas que leurs pratiques soient dévoilées au grand jour. Leurs actionnaires – y compris les plus petits – qui profitent des profits engrangés et distribués par les dividendes, non plus. D’où les insultes qui ont fusé à l’encontre d’Elise Lucet et de son équipe. Tous aimeraient bien que la presse soit un peu plus muselée et contrôlée. En effet, mauvaise réputation rime aussi souvent avec mauvaises affaires. Et bien plus que des conditions de vie des enfants ouzbeks, ils se soucient de ne pas voir le cours de l’action carrefour chuté. France Télévision pourrait bien leur faire un cadeau en restreignant les budgets alloués aux émissions d’enquête. A moins que les journalistes de France Télé continuent à tenir tête à leur direction. Ce qui est, malheureusement pour ces capitalistes, et heureusement pour les maigres droits encore laissés à la liberté d’expression, encore le cas.




Mots-clés

médias   /    Société