^

Société

Précarité et mépris de classe

Emeutes pour du Nutella en promo : ce que cela révèle de notre société

Suite à une promotion de 70% sur le pot de Nutella chez Intermarché, de nombreux accrochages entre clients, parfois violents, se sont produits dans ces magasins. Provoquant beaucoup de réactions dans les grands médias et sur les réseaux sociaux, cet événement révèle la précarité croissante de la société actuelle et ses conséquences.

Jeudi 25 janvier était organisée une promotion de 70% sur le pot de 950g de Nutella dans de nombreux magasins Intermarché, faisant passer le pot de 4,50€ à 1,41€. Cette promotion exceptionnelle organisée par l’enseigne de supermarchés a provoqué de nombreux embouteillages, bousculades, voire « émeutes » dans certains magasins, allant jusqu’à des interventions de la gendarmerie suite à des coups échangés entre clients.

Dans les médias dominants et sur les réseaux sociaux, on a pu voir un profond mépris de classe dans le traitement de cet évènement : les personnes qui se seraient jetées sur le Nutella seraient en effet « pathétiques » ou ridicules, des « animaux », des « moutons », etc. Certains insistent également sur le fait que cette pâte à tartiner est particulièrement nocive pour l’environnement dans sa production (huile de palme) et nocive pour la santé. Par conséquent, les personnes qui se sont jetées sur le Nutella seraient irresponsables, à la fois vis-à-vis de l’environnement mais aussi de leur propre santé.

En effet, le Nutella est un produit très addictif, bourré de sucres et de graisses, le rendant très addictif, et ce au mépris de la santé des consommateurs et des conséquences de sa production sur l’environnement. Cependant, ce sont les entreprises, dans ce cas-ci Ferrero, qui produisent et vendent ces produits qui sont responsables de ses effets néfastes, tant sur le plan environnemental que sur celui de la santé des clients. Des entreprises qui sont prêtes à tout pour vendre leurs produits nuisibles, au mépris de la santé des individus, ici en l’occurrence des effets néfastes de l’huile de palme. Il est de ce fait scandaleux que dans les médias dominants la responsabilité de cette multinationale ne soit jamais pointée, au profit d’une stigmatisation des clients.

De plus, cette promotion a été décidée par Intermarché, sans aucune considération pour les conditions de travail des employés, dont certains ont déclaré avoir été totalement dépassés par les bousculades, avoir été harcelés au téléphone, etc. « J’ai eu tellement peur que je me suis réfugiée dans la réserve », raconte une employée au Progrès.

Cependant, ces « émeutes » pour du Nutella témoignent de quelque chose. Ces événements démontrent en effet que pour beaucoup de familles, une baisse de trois euros sur un produit permet de réaliser des économies importantes, justifiant de bousculer pour faire partie de ceux qui profiteront de la promotion. Dans une société où la précarité va croissante, pour beaucoup de personnes, trois euros représente une somme importante, et c’est cela qui doit nous indigner.

Cela pose ainsi la question de la société néolibérale dans laquelle nous vivons. Ces événements sont les symptômes d’une société de misère sociale et d’individualisme, créant des comportements compulsifs (addictions, violence) chez les plus fragilisés par la précarité.




Mots-clés

Grande distribution   /    Précarité   /    Société