^

Monde

Lenín Moreno vs Rafael Correa

Équateur : Victoire du « Oui » au référendum

Avec des victoires dans toutes les questions qu’il a posé par référendum, le gouvernement équatorien de Lenín Moreno obtient un triomphe vital pour avancer avec ses projets économiques et le nouveau programme d'accords avec l'opposition. Le correísmo, après 11 ans, subit sa première défaite aux élections.

Verónica Nicci

Roberto Stawkowy

Traduction de La Izquierda Diario

Vers 20h, le président du Conseil national électoral, Nubia Villacis, a informé la chaîne nationale de télévision des résultats du vote du référendum et de la consultation populaire. Le « oui » a emporté une large majorité dans les sept questions posées à la population. Pour la première fois, l’ancien président Rafael Correa est désavoué par les urnes, mettant son avenir politique en danger.

La question 1 portant sur la mort politique en cas de corruption obtient le « oui » à plus de 74%. En ce qui concerne la deuxième, visant à abolir le cumul infini des mandats, le gouvernement obtient une victoire de 65%. La question 3, sur l’extinction des mandats des membres du Conseil de participation citoyenne obtient également un vote affirmatif à 63%.

Dans les deux autres points du référendum, 74% triomphent de la non-proscription des crimes sexuels contre les enfants et les adolescents ; et au point 5, pour interdire les mines de métaux, le oui a atteint 70%. Dans la consultation populaire, la dérogation de la loi sur la bonne volonté a été votée à 63% - l’élargissement de la zone de protection contre l’exploitation du pétrole dans le parc national Yasuní à 68%.

L’échantillon de comptage rapide comprend 1900 tables témoins et, selon le CNE, une fiabilité de 99%. La participation de l’électorat était de 82%. Cependant, ces chiffres doivent être ratifiés dans le décompte final. Vers 21h00, il a atteint 15% des tables comptées, donnant des résultats similaires.

Le Président Lenin Moreno a appelé à « être cohérent avec cette victoire claire et écrasante du oui. » et a expliqué que « l’Assemblée dispose de 30 jours pour mettre en place de nouveaux mécanismes de réformes », quelques minutes après que les résultats soient connus. En ce qui concerne la victoire au moment de la réélection indéfinie, il a indiqué que les parties seront obligées de se renouveler. "La confrontation est derrière, il est temps de nous étreindre à nouveau", a-t-il déclaré, avant de confirmer que le dialogue avec les secteurs d’activité se poursuivrait. Le chef de l’exécutif a attendu les résultats au palais de Carondelet avec son Cabinet des ministres, puis il se rendra au siège d’Alianza País dans l’Avenida de los Shyris, au nord de Quito, où il prononcera un discours sur une grande scène montée sur le rue.

Malgré la victoire écrasante du morénisme, les résultats des questions 2, 3 et 5, sur lesquels Rafael Correa a le plus insisté durant sa campagne, reflètent qu’il a obtenu le soutien d’un tiers de l’électorat. Pour le nouveau Mouvement de la Révolution Citoyenne, c’est une victoire. « Félicitations à tous nos militants, aucun mouvement ne peut atteindre les 36% atteints, pire, en si peu de temps et dans une lutte si inégale, la lutte continue, nous ne pouvons pas accepter la rupture constitutionnelle dans un État de droit », a déclaré l’ex-président.

Au cours de la soirée, il a célébré à la hâte son triomphe dans les circonscriptions extérieures. Correa avait prévu qu’il ne voterait pas, étant inscrit en Belgique. Lundi matin, il rendra sa version libre et volontaire devant le parquet dans l’affaire Petrochina, où sera examinée la vente anticipée de pétrole qui aurait causé des dommages économiques à l’Etat.

Le CNE a expliqué que 48 millions dollars ont été dépensés dans le processus électoral. Alors que les médias qualifient ce jour de "fête de la démocratie" et signalent que tout s’est bien passé, un dirigeant shuar a été arrêté dans la province de Morona Santiago, dans le cadre d’une manifestation dans une école où l’on votait. Plusieurs personnes ont été blessées par une bombe larguée par la police nationale, et le processus électoral a été suspendu pendant une heure.

Avec ces résultats, le gouvernement de Lenin Moreno trouve la voie échelonnée pour approfondir le prétendu plan d’ajustement négocié avec les entreprises et l’opposition.

Crédits photo : El Universo




Mots-clés

Equateur   /    Amérique latine   /    Monde