^

Monde

Crise sociale et politique en Turquie

Erdogan manipule les attentats pour renforcer son pouvoir et la répression contre le peuple kurde

Samedi soir à Istanbul, un double attentat a fait 44 morts, dont 36 policiers, et plusieurs dizaines de blessés. Très rapidement, le gouvernement en a profité pour arrêter 198 militants, dirigeants et députés du Parti démocratique des peuples (HDP), réputé pro-kurde. Et cela alors que l’attentat a été revendiqué par un autre groupe kurde, les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), responsable d’autres attentats cette année. Erdogan et son gouvernement essayent déjà de capitaliser cet attentat pour avancer dans un projet autoritaire, et redoubler sa répression contre le peuple kurde en Turquie et dans les pays de la région.

Samedi soir, vers 22h30, après la fin d’un match de football dans le quartier de Besiktas, une première attaque a eu lieu quand une voiture piégée a explosé, à proximité d’un bus amenant des policiers venus surveiller le match. Quelques secondes plus tard, dans un parc, un jeune faisait exploser son sac à dos au milieu d’un groupe de policiers. Dans un communiqué, le TAK explique qu’il visait la police et non « le peuple turc », mais qu’« aucune vie confortable n’est attendue en Turquie tant que le leader [Ocalan] continue emprisonné, que le fascisme turc AKP torture les mères, qu’il expose les corps de jeunes filles et massacre des enfants au Kurdistan quotidiennement… ».

Même si la presse internationale, en se faisant l’écho de ce qu’affirme le gouvernement turc, déclare que le TAK serait lié au PKK, la réalité est que l’on en sait très peu sur ce groupe, mis à part qu’il est issu d’une dissidence du PKK en 2004 et qu’il a depuis mené plusieurs attentats, notamment à partir de 2015.

Mais cela est suffisant pour qu’Erdogan lance une offensive contre les représentants politiques du peuple kurde, ainsi que contre les positions du PKK en Turquie et en Irak. Ainsi, malgré le fait que le HDP ait condamné rapidement les attentats, près de 200 de ses membres ont été arrêtés par la police turque.

Si ces attentats sont le reflet de la violence de la répression contre le peuple kurde, ils sont également l’expression d’une stratégie incapable de faire avancer la lutte pour la libération du peuple kurde contre l’oppression de l’État turc et le gouvernement d’Erdogan. Au contraire, alors que la situation économique se dégrade dans le pays, minant la base de soutien du gouvernement, ce double attentat permet à Erdogan de créer une ambiance d’unité nationale pour resserrer les rangs et essayer de faire adopter par référendum une réforme constitutionnelle concentrant le pouvoir dans l’exécutif, donc dans les mains d’Erdogan.

Le jour même où a eu lieu l’attentat, le parlement turc débattait en effet de cette réforme constitutionnelle préparée entre l’AKP d’Erdogan et les ultranationalistes. Celle-ci vise à donner des pouvoirs au président comme celui de décréter l’état d’urgence, même pour des raisons économiques, de nommer directement les hauts fonctionnaires de l’État, y compris des juges, ou d’appliquer des mesures par décret. Le plus probable est que pour adopter cette réforme, le gouvernement soit obligé d’appeler à un référendum risqué.




Mots-clés

Attentat   /    Turquie   /    Répression   /    Monde