^

Genres et Sexualités

Si nous nous arrêtons, le monde s’arrête

Espagne. 600 déléguées du mouvement des femmes réunies à Gijón pour préparer le 8 mars

Le 8 mars dernier, le mouvement des femmes espagnol a donné une preuve éclatante de son dynamisme en organisant une journée de grève massive mobilisant au total près de 6 millions de personnes autour notamment du mot d’ordre « si nous nous arrêtons, le monde s’arrête » et par les méthodes de la lutte des classes.

Ce week-end, 600 déléguées du mouvement des femmes espagnol et international se sont retrouvées à Gijon pour discuter de la suite à donner à cet événement politique à l’occasion de la IVème Rencontre Etatique de la Commission du 8M (8 mars). Les différentes commissions de travail ont ainsi planché sur une nouvelle journée de grève le 8 mars prochain. Une journée qui veut être encore plus importante que le 8 mars 2018 et articuler grève des travailleuses, grève étudiante mais aussi grève de la consommation et grève du care.

La réunion a permis également d’aborder la journée unitaire du 25 novembre contre les violences faites aux femmes qui doit également être massive. L’actualité s’est d’ailleurs chargée de rappeler l’importance de cette date centrée sur les violences patriarcales puisque l’on apprenait samedi qu’un homme de 53 ans avait abattu sa femme dans la province de Gérone. L’événement, aussi dramatique qu’habituel, alors qu’en Espagne 50 à 80 femmes meurent chaque année assassinées par leur compagnon, a donné lieu à un rassemblement des déléguées sur l’une des places de Gijón.




Mots-clés

Féminisme    /    Etat Espagnol   /    Genres et Sexualités