^

Politique

Projet salomon

Évasion fiscale et hausse des prix du gaz, une formule gagnant-gagnant pour Engie

Mercredi dernier Le Monde a révélé comment le géant de l’énergie a profité d’une « pirouette » fiscale pour rapatrier plus d’un milliard d’euros en 2012 et économiser des centaines de millions que l’entreprise aurait dû verser aux impôts. Entre temps le géant prévoit d’augmenter le gaz à l’approche de l’hiver 2018.

C’est à travers un système complexe élaboré par les meilleurs cabinets d’optimisation fiscale que le géant de l’énergie français Engie, dont l’Etat est propriétaire de 27 % des actions, a réussi à rapatrier plus d’un milliard d’euros. Un montage resté secret au public et qui a été baptisé en interne comme « projet Salomon ».

Ce système dit « d’optimisation fiscale » a été mis en place pour réduire l’imposition des bénéfices dégagés par international Power, ceci en restant dans les limites de la légalité. Les profits dégagés par ces entités australiennes remontaient à travers un système de « faux prêts » qui se reproduisait à l’infini. C’est ainsi qu’en 2012 la somme de 1038 milliards de dollars a été atteinte en économisant de cette façon 245 millions d’euros en fiscalité.

L’objectif était de masquer les bénéfices des deux centrales électriques situées en Australie. Pour cela, une trentaine de sociétés étaient interposées entre ces centrales situées en Australie et la maison-mère d’Engie. Une structure tellement complexe qu’elle aurait même pu passer inaperçu auprès des meilleurs experts comptables. Nombreuses de ces entreprises intermédiaires se situaient dans des paradis fiscaux, aux Pays-Bas, îles Caïmans ou encore le Chypre.

C’est de cette façon qu’entre les 19 et le 25 juin 2012, plusieurs opérations ont été effectuées à travers la trentaine des entreprises intermédiaires et par un complexe jeu de comptabilité Engie a effacé près d’un milliard de dollars de sa dette interne, en allégeant sa charge fiscale de l’année suivante. Quatre jours après le coup de maître, Engie finalise l’acquisition de International Power dont il possédait déjà 70 % des actions.

Pendant que les experts comptables d’Engie se grattaient la tête pour trouver des nouvelles astuces pour faire des « optimisations fiscales », le prix du gaz augmentaient en France. Niches fiscales ou pas, pour le consommateur le prix du gaz augmente toujours, surtout à l’approche de l’hiver. +5,79 % au mois de novembre qui se rajoutent aux +3,25 % du mois d’octobre.

Macron attaque clairement le pouvoir d’achat des travailleurs, de la jeunesse et des retraités, avec le gel des salaires, la hausse des taxes, de la CSG et la destruction du code du travail et des régimes spéciaux en commençant par celui des cheminots. C’est dans ce contexte que nous devons pousser les directions syndicales à rompre avec la stratégie du « dialogue social » pour ainsi se munir d’un plan de lutte d’ensemble pour une hausse générale des salaires aux alentours de 300 euros pour chaque travailleur.

Crédits Photo Jacky Naegelen