^

Société

58 fois plus de cas qu'à la normale

Explosion de naissances de bébés sans bras dans l’Ain. L’organisme qui enquête devrait fermer

C'est autour de la commune de Druillat, dans l'Ain, que se déroule l'inquiétant phénomène. De nombreux nouveaux nés viennent au monde sans bras, ou sans mains, et ce à un taux 58 fois supérieur qu'à la normale. Et l'organisme en charge de l'enquête devrait fermer, faute de financement...

Crédit photo : iStock

C’est France 2, dans L’oeil du 20h, qui a révélé la très inquiétante information ce 26 septembre. Entre 2009 et 2014, sept bébé sont nés sans bras ou sans mains dans un rayon de 17 kilomètres autour du village de Druillat, dans l’Ain.

Après avoir écarté toute cause concernant des facteurs génétiques ou l’usage de drogues, les experts sont aujourd’hui dans l’impasse. Le seul point commun à tout les cas, c’est que les mères habitent en zone rurale, au milieux des champs. Des cas qui semblent se répéter autour de deux villages en Bretagne et dans le Pays de la Loire, ou plusieurs bébés sans bras sont nés en quelques mois. Pour l’heure, aucune hypothèse n’émerge pour expliquer ce taux de malformation 58 fois supérieurs à la normale.

Mais au delà de cette situation glaçante, c’est un véritable scandale qui se profile aujourd’hui. En effet, l’organisme qui s’occupe de l’enquête sur ces cas, le Remera, devrait disparaître faute de financement ! Comme le résume Emmanuelle Amar à France 2, « les conséquences sont très simples, c’est la fin de la surveillance des malformations, c’est à dire clairement la fin de l’alerte aussi ». Une drôle de façon d’éclipser le problème, et un exemple pour le moins terrible des conséquences concrètes du désastre que constitue les coupes budgétaires et les politiques austéritaires...




Mots-clés

Austérité   /    Santé   /    Société